Accueil > Musique > Concerts > Hannah Peel, Feeërieën, 24/08/2011

Hannah Peel, Feeërieën, 24/08/2011

jeudi 25 août 2011, par Marc

Sous les étoiles exactement


Une des bonnes idées de l’été bruxellois, ce sont les Feeërieën, organisées par l’AB dans le parc royal. Le site est intime et fort joli, la programmation toujours intéressante et pointue, donc, si l’hygrométrie le permet, c’est un incontournable.

Ce sont les Flamands de Birds That Change Colour qui assurent la première partie. On devrait plutôt dire le premier concert puisqu’il dure aussi longtemps que la tête d’affiche. Il faut situer le contexte : assis sur un tapis au pied de la scène, dans une journée finissant sous un timide soleil. Ce sont les meilleures conditions pour apprécier cette musique très influencée par les singers-songwriters d’outre-Atlantique. Survendue comme proche de Midlake (ce qui me fait aisément frétiller), elle n’en a pas la puissance ni l’émotion, mais est exécutée avec compétence par sept musiciens impeccables. Pas de vrai fait marquant à part une fin de concert plus aventureuse et envoutante. Quelques masques et tenues militaires surannées plantent un décor onirique. Une bonne idée de casting pour cette soirée donc.

Dans la longue série des chanteuses qui nous sont arrivées ces derniers mois, j’avais un peu laissé passer Hannah Peel. Il avait fallu sa très belle découverte en première partie de Lisa Germano pour que je me penche sur son prometteur premier album. La voir une seconde fois était donc une chance. D’autant plus que le charme opère à nouveau. Sa voix, sa boîte à musique, son sourire, son aisance charmante ("vous ne devinerez jamais mon âge" - vérification faite, je me serais bien planté), ses reprises de Blue Monday et Tainted Love, l’impact de The Almond Tree ou Song For The Sea, la discrète guitariste, tout est là, intact, virginal. Ajoutez le kiosque et la lumière, et vous saurez comment on passe un bon moment.

Elle revient pour une vieille chanson à boire irlandaise qui dit (de mémoire) "I enjoyed being with you". Hannah, c’est exactement ça...

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)