Accueil > Musique > 2011 > Fionn Regan - 100 Acres Of Sycamore

Fionn Regan - 100 Acres Of Sycamore

vendredi 16 septembre 2011, par Marc

Lagarde et Michard


Il est évidemment bien trop tôt pour tirer des conclusions annuelles, mais c’est dans le rayon étendu du folk luxuriant et personnel que beaucoup de satisfactions me sont venues ces derniers mois. On pourra citer Einar Stray, Loch Lomond ou Tree Ring (et Other Lives pour montrer que je suis) dans cette caste. Dans le genre, le troisième album de l’Irlandais est d’un classicisme plus poussé, presque absolu. Comme paré pour le Lagarde et Michard.

De fantaisie il ne sera donc pas question, mais à vrai dire on s’en moque. Parce que la plage titulaire qui ouvre l’album ne permet pas le doute. Simple et poignant, relevé de violons qui mènent la danse, qui s’enroulent autour de la belle voix, forts de leur limpidité, c’est rien moins qu’un des morceaux forts de cette année. On convoque pour l’occasion la tendance plus fouillée de l’insurpassable Nick Drake. A ce niveau, il n’y a pas d’alternative, il faut être impeccable. Et dans le genre, l’Irlandais l’est indéniablement. La maitre anglais peut aussi servir de point de repère quand l’aspect plus acoustique est évoqué (Sow Mare Bitch Vixen).

Pour le lecteur (c’est vous) comme pour le scribouillard (c’est moi), il est ennuyeux de constater qu’il est difficile de commenter l’excellence. Parce que les morceaux sont beaux tout simplement (The Horses Are Asleep). Dogwood Blossom montre ainsi cette relation particulière que la musique peut établir d’âme d’artiste à âme d’auditeur.

Enlevez tout sauf la guitare et la voix, et il se débrouille comme un grand (North Star Lover, Dogwood Blossom). Mais il peut mettre un peu d’élégie et ça fonctionne aussi très bien (Vodka Sorrow). Ce grand écart a déjà été tenté et réussi par un Andrew Bird dont il a la grâce et l’élégance (The Lake District) sans vouloir en répliquer la flamboyance.

Golden Light pratique un exercice bien connu : faire le Radiohead. Dans le genre, on peut retrouver la simplicité désolée d’un Finn ou Perfume Genius. On n’a pas eu des masses d’Irlandais dans ces colonnes, et dans un genre plus polémique (oh ! si peu…), je dirais aussi que cet album a la grâce et la simplicité qui ont fait défaut à Villagers. On sent qu’un rien de sucre pourrait déstabiliser l’impeccable For A Nightingale mais il n’en est rien. On avait eu la sensation d’une éclosion de talent à confirmer avec Johnny Flynn l’an passé, on a carrément un album hors d’âge avec Fionn Regan. Voilà un album qui prend un aller simple sans retour pour le classement de fin d’année. Ce sera la seule concession faite à son intemporalité.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Fionn Regan - 100 Acres Of Sycamore 16 septembre 2011 20:37, par Laurent

    Oh, wow... qu’est-ce que ça donne envie dis donc ! J’avais été si peu touché par le précédent que je m’apprêtais à passer bêtement à côté de celui-ci. Je répare l’erreur incessamment !

    repondre message

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)