Accueil > Musique > 2011 > Gem Club - Breakers

Gem Club - Breakers

vendredi 21 octobre 2011, par Marc

Gélification


Et si on était sur la ligne de passage, si certains albums se donnaient rendez-vous ici avant de repartir vers les contrées froides ? On aurait, à l’instar des cigognes, quelques instants pour en apprécier la beauté avant qu’ils aillent se faire admirer ailleurs. Mais dans le champ, il y a la possibilité d’appeler l’amateur, ou de faire bifurquer la trajectoire de déplacement, de multiplier les points de passage. Le premier album du duo de Boston est donc une occasion de rameuter l’auditeur, de mettre en évidence une modeste réussite dans un univers infini (et en expansion) de sorties.

Sur ce Breakers, il n’y a guère que du piano, deux voix, plus un peu de violoncelle discret (Black Ships, Red Arrow) ou un tuba pas envahissant. Mais on cherchera en vain des traces du folk dépressif, cette musique agit plutôt comme une pop rêveuse au piano qui aurait été ralentie à son exact point de gélification, entre deux consistances, entre le chaud et le froid. Le chaud du piano qui plaque ses accords comme on tisse des toiles, des voix caressantes, le froid d’une désincarnation hiératique, de sentiments qui s’étiolent, de l’exacte précision du temps qui passe.

Dans la même série, c’est moins élégiaque et bien plus élégant que Cascadeur, parce que le ton est plus rentré. Ne pas tomber dans le pathos ou l’ennui, voilà les deux pièges béants qui risquent de surgir pour une musique à ce point posée, qui a aussi su résister aux tentations du spectaculaire et du clinquant pour sonner encore plus juste, pour ne pas polluer l’émotion simple de Red Arrow. Il y a donc quelques vraies réussites à la clé comme 252 ou I Heard The Party, même si mettre en exergue quelques morceaux est un peu réducteur, tant tout se ressemble, tant tout paraitra réussi si un seul titre a l’heur de plaire. Pour peu que Gem Club se présente à vous à un moment opportun, vous pourrez commencer à rentrer des albums pour l’hiver.

http://www.myspace.com/gemclub
http://www.iamgemclub.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Nadine Khouri - Another Life

    Quand on retient un nom des années et des centaines de critiques plus tard, c’est plutôt bon signe, non ? C’est ce qui s’est passé avec Nadine Khouri dont l’écho de The Salted Air résonne encore à l’heure de découvrir cet Another Life. Ce n’est pas qu’il était flashy pourtant, ou que le style soit si singulier. Mais les morceaux font leur chemin tout seuls. Il y a des artistes qui font ça mieux, c’est comme ça. On retrouve logiquement ces qualités ici. Et d’emblée, avec un Another Life presque arrêté. On (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)