Accueil > Musique > 2011 > Yawn - Open Season

Yawn - Open Season

mardi 20 septembre 2011, par Marc

Collectionnons


Vous connaissez certainement des collectionneurs, des chercheurs infatigables et jamais lassés, avides de compléter, où la quête est presque aussi importante que le résultat. En matière musicale aussi, ils peuvent exister, et si vous avez plusieurs exemplaires de cette musique née des délires d’Animal Collective, avec toutes les nuances envisageables, il est probable que vous vouliez que Yawn rejoigne les autres sur les étagères. Pour les autres, les non-compulsifs, l’écoute peut aussi être envisagée, tant l’écoute curieuse pourra se révéler intéressante.

Évacuons le détail d’emblée, il sera difficile de ne pas penser à Animal Collective pour les voix. Ce qui pourra être un motif de réticence pour certains mais il faut d’emblée préciser que ce qu’on trouve sur ce premier album du groupe de Chicago n’est pas une copie servile. A un tel point qu’on peut se trouver nez à nez avec les délires camp (copyright Laurent) d’Of Montreal (Yumyum, Gasoline). C’est parfois troublant, tant ce pont n’avait pas encore été jeté entre ces deux entités influentes.

Un de mes réflexes inutiles est d’essayer de dissocier l’idée du morceau de sa mise en son. L’exercice est moins vain ici, puisque sous les couches de son se cachent des morceaux plus ‘figuratifs’, à l’opposé de l’abstraction d’un Animal Collective déjà cité. On peut prendre des voix ailleurs, un son ailleurs, et en faire quelque chose de nouveau et différent. Pour réussir, il faut donc faire mieux (Panda Bear), élargir le spectre du mélange (Atlas Sound), être plus versatile (le Loup), et risquer d’être moins pertinent (Ruby Suns). Qu’est-ce qui pourrait différencier ce groupe des pelles d’autres ? Sans doute une façon de tourner des morceaux, une facilité pop, la volonté de garder des structures de morceaux qui ne reposent pas seulement sur une mélopée lancinante mais restent assez lisibles. Ils n’hésitent pas à mettre du synthé, du vrai, pas une boucle passée à l’essoreuse. Le résultat pourrait alors s’approcher de la démarche de Yeasayer.

Yawn s’adresse donc aux collectionneurs (ceux qui connaissent déjà tous les groupes cité dans cette critique qui se mord la queue) mais aussi aux amateurs occasionnels. Parce qu’il existe une série de portes d’entrée vers un monde lysergique peuplé de groupes comme Yawn. Mais comme c’est plus pop, il est probable que ça séduise plus facilement le profane. N’attendez cependant peut-être pas la tuerie sans nom qui vous laisse désarmé et la mâchoire pendante, cet album se caractérise plus par sa constance que ses éclats. Comme souvent dans ces cas-là, l’effet dépendra de la réceptivité de l’auditeur.

Oui, on a déjà entendu ça, mais pour ceux qui voudraient l’entendre encore, la facilité apparente à trousser des morceaux séduira collectionneurs et profanes. Il reste donc possible de se faire une place au sein d’un genre très balisé, et les bons morceaux arriveront toujours à surnager, à séduire. Ce n’est donc pas une pure redite, mais un complément orienté vers une facilité qui pourrait vous plaire.

http://www.yawntheband.com/YAWN/Home.html

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)