Accueil > Critiques > 2011

House of Wolves - Fold in the Wind

mardi 13 septembre 2011, par Laurent

Hospitalité


La maison des loups est une maison hantée. Par les fantômes de Mazzy Star et de Cat Power, à moins que ce ne soit l’esprit de Joni Micthell. Par la même beauté que celle qui traverse, quasi surnaturelle, les disques bouleversants de Boy & the Echo Choir. Par la fragilité qui préside aux destinées douloureuses. Par des cuivres si mutins, des cordes si secrètes, qu’on les jurerait translucides. Par les âmes trop rares qui auront osé s’y risquer et qui jamais, au grand jamais, ne voudront en sortir.

Dans la maison des loups il y a d’abord une voix sans âge, qui berce son spleen sur des mélodies d’un autre âge. « Kiss me like it’s the fifties » : on devine le jukebox et le peigne toujours prêt dans la poche revolver, un baiser au goût de milk-shake échangé sur un drive-in. On est étreint par la nostalgie d’une époque qu’on n’a pas connue, le fantasme d’une vie de liberté nocturne, à écouter les accords rugueux d’une guitare sans trucages. On sait que ce genre de dépouillement ne passe pas l’épreuve de la médiocrité, qu’il doit se frotter à des chansons imprenables.

La maison des loups est une cour des miracles. Elle est peuplée de titres en guenilles qui gardent la tête haute. Et les miracles se produisent à tout moment, perçus comme tels dès lors qu’on prend conscience qu’il faut plus qu’une dose indécente de talent pour toucher, dix fois sur dix, à la grâce absolue ; il faut posséder un pouvoir magique, avoir vendu son âme aux anges. Dans la modestie des moyens, l’idéal de perfection se dessine en traits moins ambitieux mais ne s’atteint pas plus facilement.

Dans la maison des loups, tous les visages se ressemblent mais chacun est plus beau que l’autre. Tous nous accueillent avec l’humble sentiment de n’être rien, des larmes au fond de la gorge et des craquements dans l’oreille. Leur générosité, pourtant, coule de source. C’est là un don bien précieux qu’il faut cultiver comme on le cultive depuis la nuit des temps, une nouvelle idée de l’hospitalité. Il n’y a alors plus à craindre de se perdre dans les bois : les loups, dans leur logis, n’attendent qu’à nous donner le gîte.

L’album de House of Wolves a été tiré à cent exemplaires encore trouvables ici.
Difficile de croire qu’un telle pépite soit condamnée à un destin aussi confidentiel...


Répondre à cet article

12 Messages

  • House of Wolves - Fold in the Wind 14 septembre 2011 09:34, par allow

    Tout simplement magnifique... il ne m’a pas fallu 2 écoutes pour commander illico ma copie !
    merci pour la découverte !

    repondre message

  • House of Wolves - Fold in the Wind 14 septembre 2011 11:09, par Le Sto

    Je pense que vous restez le dernier site ou je peux commander un cd les yeux fermés dès que je vois 5 étoiles en ayant écouté qu’un petit extrait. Merci.

    ... à moins que vous ne connaissiez un membre du groupe...

    repondre message

  • House of Wolves - Fold in the Wind 14 septembre 2011 16:36, par Laurent

    Non non, ni traitement de faveur ni népotisme. Seulement du délit d’initié... ^^

    repondre message

  • House of Wolves - Fold in the Wind 15 septembre 2011 05:40, par grenatine

    Laurent, après m’avoir fait découvrir les immenses Other Lives, voici que tu m’entraines corps et âmes dans un univers toujours aussi onirique et merveilleux, dans un genre différent. Merci d’exister. Commandé, évidemment :-)

    repondre message

  • House of Wolves - Fold in the Wind 15 septembre 2011 09:47, par Laurent

    Avec grand plaisir, évidemment ! J’ai moi-même eu un gros coup de bol en tombant là-dessus sur un blog ricain. Il y a un bon moment, d’ailleurs... mais je ne trouvais pas le moyen d’aborder le disque alors que plus il grandissait dans mon coeur, plus il me semblait indispensable de partager la découverte.

    Pour la petite histoire, et en espérant ne pas rompre le charme, House of Wolves est... un homme ! Un one-man-band orchestré par un gars qui s’appelle Villalobos (d’où le nom du groupe, traduction quasi littérale). Ça m’a fait un choc : cette voix de nulle part... un peu comme Ramona Cordova. Et encore plus androgyne qu’Antony.

    Enfin voilà, content que le coup de foudre se propage. C’est marrant, j’imagine déjà le groupe ajouter sur son CV : "Big in Belgium !"

    repondre message

  • House of Wolves - Fold in the Wind 15 septembre 2011 22:55, par Harry

    Il y plusieurs années maintenant que je dévore les différentes chroniques de ce site, avec toujours le même plaisir.
    Je ne me décide à réagir qu’aujourd’hui, car j’ai été tout simplement épaté par cet artiste ("Jealous", bon sang !!). Un cinq étoiles sorti de nulle part, quel impact !
    Album commandé ; impatient de le(s) voir, j’espère au Witloof.
    Merci pour cette découverte, et pour les autres :)

    repondre message

  • House of Wolves - Fold in the Wind 22 septembre 2011 22:44, par grenatine

    L’objet tant convoité est enfin arrivé, avec à la clé un petit remerciement personnalisé sur le dos de l’enveloppe....Ce genre de détail me touche profondément. Merci Rey, votre talent et votre délicatesse vous honorent.

    repondre message

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)