Accueil > Musique > 2011 > House of Wolves - Fold in the Wind

House of Wolves - Fold in the Wind

mardi 13 septembre 2011, par Laurent

Hospitalité


La maison des loups est une maison hantée. Par les fantômes de Mazzy Star et de Cat Power, à moins que ce ne soit l’esprit de Joni Micthell. Par la même beauté que celle qui traverse, quasi surnaturelle, les disques bouleversants de Boy & the Echo Choir. Par la fragilité qui préside aux destinées douloureuses. Par des cuivres si mutins, des cordes si secrètes, qu’on les jurerait translucides. Par les âmes trop rares qui auront osé s’y risquer et qui jamais, au grand jamais, ne voudront en sortir.

Dans la maison des loups il y a d’abord une voix sans âge, qui berce son spleen sur des mélodies d’un autre âge. « Kiss me like it’s the fifties » : on devine le jukebox et le peigne toujours prêt dans la poche revolver, un baiser au goût de milk-shake échangé sur un drive-in. On est étreint par la nostalgie d’une époque qu’on n’a pas connue, le fantasme d’une vie de liberté nocturne, à écouter les accords rugueux d’une guitare sans trucages. On sait que ce genre de dépouillement ne passe pas l’épreuve de la médiocrité, qu’il doit se frotter à des chansons imprenables.

La maison des loups est une cour des miracles. Elle est peuplée de titres en guenilles qui gardent la tête haute. Et les miracles se produisent à tout moment, perçus comme tels dès lors qu’on prend conscience qu’il faut plus qu’une dose indécente de talent pour toucher, dix fois sur dix, à la grâce absolue ; il faut posséder un pouvoir magique, avoir vendu son âme aux anges. Dans la modestie des moyens, l’idéal de perfection se dessine en traits moins ambitieux mais ne s’atteint pas plus facilement.

Dans la maison des loups, tous les visages se ressemblent mais chacun est plus beau que l’autre. Tous nous accueillent avec l’humble sentiment de n’être rien, des larmes au fond de la gorge et des craquements dans l’oreille. Leur générosité, pourtant, coule de source. C’est là un don bien précieux qu’il faut cultiver comme on le cultive depuis la nuit des temps, une nouvelle idée de l’hospitalité. Il n’y a alors plus à craindre de se perdre dans les bois : les loups, dans leur logis, n’attendent qu’à nous donner le gîte.

L’album de House of Wolves a été tiré à cent exemplaires encore trouvables ici.
Difficile de croire qu’un telle pépite soit condamnée à un destin aussi confidentiel...

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

12 Messages

  • House of Wolves - Fold in the Wind 14 septembre 2011 09:34, par allow

    Tout simplement magnifique... il ne m’a pas fallu 2 écoutes pour commander illico ma copie !
    merci pour la découverte !

    repondre message

  • House of Wolves - Fold in the Wind 14 septembre 2011 11:09, par Le Sto

    Je pense que vous restez le dernier site ou je peux commander un cd les yeux fermés dès que je vois 5 étoiles en ayant écouté qu’un petit extrait. Merci.

    ... à moins que vous ne connaissiez un membre du groupe...

    repondre message

  • House of Wolves - Fold in the Wind 14 septembre 2011 16:36, par Laurent

    Non non, ni traitement de faveur ni népotisme. Seulement du délit d’initié... ^^

    repondre message

  • House of Wolves - Fold in the Wind 15 septembre 2011 05:40, par grenatine

    Laurent, après m’avoir fait découvrir les immenses Other Lives, voici que tu m’entraines corps et âmes dans un univers toujours aussi onirique et merveilleux, dans un genre différent. Merci d’exister. Commandé, évidemment :-)

    repondre message

  • House of Wolves - Fold in the Wind 15 septembre 2011 09:47, par Laurent

    Avec grand plaisir, évidemment ! J’ai moi-même eu un gros coup de bol en tombant là-dessus sur un blog ricain. Il y a un bon moment, d’ailleurs... mais je ne trouvais pas le moyen d’aborder le disque alors que plus il grandissait dans mon coeur, plus il me semblait indispensable de partager la découverte.

    Pour la petite histoire, et en espérant ne pas rompre le charme, House of Wolves est... un homme ! Un one-man-band orchestré par un gars qui s’appelle Villalobos (d’où le nom du groupe, traduction quasi littérale). Ça m’a fait un choc : cette voix de nulle part... un peu comme Ramona Cordova. Et encore plus androgyne qu’Antony.

    Enfin voilà, content que le coup de foudre se propage. C’est marrant, j’imagine déjà le groupe ajouter sur son CV : "Big in Belgium !"

    repondre message

  • House of Wolves - Fold in the Wind 15 septembre 2011 22:55, par Harry

    Il y plusieurs années maintenant que je dévore les différentes chroniques de ce site, avec toujours le même plaisir.
    Je ne me décide à réagir qu’aujourd’hui, car j’ai été tout simplement épaté par cet artiste ("Jealous", bon sang !!). Un cinq étoiles sorti de nulle part, quel impact !
    Album commandé ; impatient de le(s) voir, j’espère au Witloof.
    Merci pour cette découverte, et pour les autres :)

    repondre message

  • House of Wolves - Fold in the Wind 22 septembre 2011 22:44, par grenatine

    L’objet tant convoité est enfin arrivé, avec à la clé un petit remerciement personnalisé sur le dos de l’enveloppe....Ce genre de détail me touche profondément. Merci Rey, votre talent et votre délicatesse vous honorent.

    repondre message

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)