Accueil > Musique > 2011 > Wilco - The Whole Love

Wilco - The Whole Love

mercredi 5 octobre 2011, par Marc

Voyage organisé


Wilco fait partie de ces groupes dont on se garde de se détourner pour de bon. Et c’est une bonne idée, tant une bonne surprise comme cet album est envisageable. C’est via "A Ghost Is Born" que j’avais découvert la formation, et cet album mêlant des choses anciennes (les délires fuzz de Neil Young) et une sensibilité maitrisée m’avait impressionné. Et puis "Sky Blue Sky" avait marqué un virage plus lisse, plus rempli de sons qui ne passent pas toujours l’Atlantique avec fraicheur (pedal steel guitar, ce genre…) et se terminait pourtant par le formidable On and On an On. Je me surprends à avoir des perceptions très différentes des albums d’un groupe qui finalement ne se renie jamais. Voyez ça comme une des limitations de l’exercice critique si vous voulez.

Tout d’abord, ce groupe ne fait rien comme les autres, puisque les deux morceaux les plus ambitieux sont placés et tout début et toute fin d’album. Pourquoi ne pas introduire ce versatile album par le très trippé Art Of Almost ? Après tout, tant qu’à faire surgir le passé, pourquoi ne pas restituer l’angoisse tendue du Krautrock dans trois minutes fiévreuses qui clôturent cette jolie chanson. Peut-être qu’ils essaient aussi de faire passer le message de la suprématie de l’album sur le single, de l’ambiance qu’on installe plutôt que le zapping superficiel. Il faut s’installer dans cet album, respecter l’ordre des plages, parce que le voyage est soigneusement organisé. I Might placé en second lieu a une ressemblance troublante avec ce qu’on a pu entendre chez Spoon.

Ce titre est suivi d’une balade au piano et d’un morceau pop léger (Downed On Me). Toute la versatilité du groupe est contenue dans cet enchainement, le compact et l’ample, le détendu et le fiévreux. Et puis il y a ces surprises comme Black Moon qui me fait penser aux dEUS récents, avec du violon en plus. Ce morceau m’a un jour cueilli à l’exact bon moment pour entrer en résonance. Ça ne s’explique pas, ça ne se justifie pas. Il était là et moi aussi… J’ai donc apprécié la coolitude de leurs morceaux plus apaisés, le fait qu’ils osent être simplement plaisants et légers (Capitol City, The Whole Love) entre des plages plus ambitieuses comme l’intime final One Suday Morning (Song For Jane Smiley’s Boyfriend) qui me plait beaucoup en tous cas.

Wilco est finalement un groupe à contre-courant, cachant mal sa complexité, ne jouant pas de grands effets, et pouvant étirer une chanson intimiste sur 12 minutes sans se sentir obligé de la gratifier de passages progressifs, de plages distinctes. Il est bon de voir que si une partie de leur son léché est estampillé ‘seventies’, ils ne reproduisent pas nécessairement les tics de la décennie. Cette longueur, cette répétition est une arme à double tranchant, parce que la lassitude est un risque potentiel qu’on n’effleure même pas ici.

Wilco ne ressemble à rien d’autre et finalement, c’est très bien comme ça. Peut-être tombe-t-il à un moment propice ? J’ai en tout cas de nouveau succombé à aussi le charme discret et difficilement définissable (c’est le principe du charme me direz-vous).

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Wilco - The Whole Love 20 octobre 2011 23:22, par STIKO

    J’ai déjà essayé de convertir pas mal d’amis mélomanes mais rien y fait... et c’est peut- être mieux ainsi !

    J’ai découvert Wilco lors d’un concert au Cirque Royal en 2007 (sur le tard), par curiosité...

    J’ai rarement été autant retourné par un groupe dont je ne connaissais que ... la réputation !

    Merci à eux !

    repondre message

    • Wilco - The Whole Love 21 octobre 2011 13:21, par Marc

      C’est en tous cas un album dont je n’ai pas encore l’impression d’avoir fait le tour, ce qui est un sentiment précieux. Je ne les ai jamais vus en concert. Peut-être que je profiterai de leur passage à l’AB...

      repondre message

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)