Accueil > Musique > 2011 > Cant - Dreams Come True

Cant - Dreams Come True

jeudi 27 octobre 2011, par Marc

Un pas de côté


Il arrive qu’on veuille faire durer le suspense, qu’on lâche une information importante en toute fin de critique, comme pour parachever une démonstration. Je n’userai pas de cet artifice ici. Parce qu’une des raisons qui m’ont poussé à me procurer cet album est que Cant cache Chris Taylor, bassiste et producteur de Grizzly Bear. Sachant ce dont les membres de cette nouvelle institution sont capables hors de leur base (formidable album de Department Of Eagles), et apprenant que le garçon a produit Dirty Projectors ou Twin Shadow la curiosité est forcément grande.

Cet album risque plus de plaire aux esprits aventureux qui ont réussi l’immersion dans la récente vague chillwave qu’aux amateurs de folk roots (dont on ne retrouve aucune trace ici, même en cherchant bien). Ce sont des beats qui nous accueillent, et on accepte l’offrande avec plaisir, on est plus proche de Yeasayer ou de ces bidouilleurs-là que de la musique stellaire des grizzlys. Chis Taylor n’est pas le chanteur principal de Grizzly Bear, ce qui différencie plus clairement encore cet album qui fait l’impasse totale sur les harmonies vocales ensoleillées.

Qu’a-t-il mis à la place ? D’excellentes ambiances (Rises Silent), lancinantes et poisseuses à souhait (Believe). Emporté par son élan, il peut même ajouter des synthés langoureux qu’on n’attendait peut-être pas là, qu’honnêtement on aurait espéré éviter (The Edge). Impeccablement mis en son et un peu foisonnant, c’est l’album complexe qu’on aurait plutôt attendu d’Apparat, qui préfère utiliser son savoir-faire de façon plus rêveuse, ou alors d’un Tv On The Radio passé au côté obscur pour cette nouvelle incursion de l’émotion dans la froideur (Answer). Cette émotion monte graduellement, pouvant commencer par une complainte minimaliste et évoluer en un lancinant exercice (She Found a Way Out) ou tenter l’accélération (Bang). A l’opposé, il n’hésite pas à risquer une incursion dans le côté aride et rude de l’electro (Dreams Come True). Comme toute musique un peu aventureuse, la liberté peut ne pas aboutir, mais l’auditeur n’est pas laissé sur le bord du chemin.

Un projet parallèle d’un membre d’un groupe à succès, c’est parfois un chèque en blanc comme récompense pour service accomplis qui devient un exercice peu gratifiant (Volcano Choir, Flashy Python) mais dans le meilleur des cas, un artiste peut s’aventurer sur son terrain propre, parfois loin de son camp de base et réussir. C’était le cas de Philip Selway de Radiohead par exemple et vous aurez compris que Chris Taylor suit cet exemple. Sa musique ne ressemble en tous cas à aucune autre, et pas du tout à celle de Grizzly Bear. Les grands groupes ont des membres de talent, c’est parfois simple la musique.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)