Accueil > Critiques > 2011

Laura Marling - A Creature I Don’t Know

mardi 27 septembre 2011, par Laurent

À mourir debout


On l’avait laissé pousser trop vite, vendant son âme à un diable beau parleur contre un lopin d’Amérique. C’était beau de la voir ainsi scruter l’horizon avec l’ambition de sa jeunesse et une confiance d’un autre âge. Elle avait dit posséder encore d’autres choses à partager mais, heureusement, elle a pris le temps de les voir mûrir, déjà si loin devant ses précédents efforts. On retrouve alors une femme dont le nombre de printemps nous paraît désormais dénué d’importance, puisque l’intemporalité de ses chansons parle pour elle.

Il n’y a pas le moindre artifice ici. Un folk appalachien mâtiné de banjo et qui, par hasard, vient en l’occurrence d’Angleterre. Et après ? C’est la poésie protestataire face aux aléas de l’existence, un Bob Dylan qui fricote avec l’électricité et béni par une voix de colombe magistrale. C’est parfois du vrai rock sombre et contondant, qui monte pacifiquement en puissance comme on se laisserait peu à peu gagner par une rage sourde dont l’explosion respecte l’environnement (The Beast). On saurait pourtant que le calme le plus nu peut se révéler tout aussi intense (Night After Night).

Si Laura Marling est, de toute évidence, plus douée que ses pairs, elle sait aussi s’entourer. My Friends, chante-telle, pour leur ouvrir son chœur. Mais une fois encore l’inspiration, The Muse, ne fait que répondre à son propre talent. « La poésie ? écrivait Alfred de Musset. Écouter dans son cœur l’écho de son génie. » Laura Marling est une géniale orfèvre, une conteuse d’histoires à mourir debout qui ignore l’angoisse de la page blanche. Comme Emmy the Great, elle projette ses peurs dans d’autres personnages (Sophia) et accomplit sa catharsis en cowgirl non violente.

« All my rage been gone, I leave my rage to the sea and the sun. » Purgée de ses colères et de ses frustrations, la chanteuse livre ses pièces à qui voudra les entendre, comme on tend un miroir à ceux qu’on aime. Il n’est pas tant question de lire en elle, mais bien de trouver dans ces chansons magnifiques une part de soi, de devenir lecteurs de nous-mêmes en substituant à nos propres mots ces quelques arpèges délicatement apprêtés. Et se dire, du frêle personnage que Laura Marling esquisse de sa jolie plume : cette créature, je la connais.


Répondre à cet article

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)