Accueil > Musique > 2011 > Laura Marling - A Creature I Don’t Know

Laura Marling - A Creature I Don’t Know

mardi 27 septembre 2011, par Laurent

À mourir debout


On l’avait laissé pousser trop vite, vendant son âme à un diable beau parleur contre un lopin d’Amérique. C’était beau de la voir ainsi scruter l’horizon avec l’ambition de sa jeunesse et une confiance d’un autre âge. Elle avait dit posséder encore d’autres choses à partager mais, heureusement, elle a pris le temps de les voir mûrir, déjà si loin devant ses précédents efforts. On retrouve alors une femme dont le nombre de printemps nous paraît désormais dénué d’importance, puisque l’intemporalité de ses chansons parle pour elle.

Il n’y a pas le moindre artifice ici. Un folk appalachien mâtiné de banjo et qui, par hasard, vient en l’occurrence d’Angleterre. Et après ? C’est la poésie protestataire face aux aléas de l’existence, un Bob Dylan qui fricote avec l’électricité et béni par une voix de colombe magistrale. C’est parfois du vrai rock sombre et contondant, qui monte pacifiquement en puissance comme on se laisserait peu à peu gagner par une rage sourde dont l’explosion respecte l’environnement (The Beast). On saurait pourtant que le calme le plus nu peut se révéler tout aussi intense (Night After Night).

Si Laura Marling est, de toute évidence, plus douée que ses pairs, elle sait aussi s’entourer. My Friends, chante-telle, pour leur ouvrir son chœur. Mais une fois encore l’inspiration, The Muse, ne fait que répondre à son propre talent. « La poésie ? écrivait Alfred de Musset. Écouter dans son cœur l’écho de son génie. » Laura Marling est une géniale orfèvre, une conteuse d’histoires à mourir debout qui ignore l’angoisse de la page blanche. Comme Emmy the Great, elle projette ses peurs dans d’autres personnages (Sophia) et accomplit sa catharsis en cowgirl non violente.

« All my rage been gone, I leave my rage to the sea and the sun. » Purgée de ses colères et de ses frustrations, la chanteuse livre ses pièces à qui voudra les entendre, comme on tend un miroir à ceux qu’on aime. Il n’est pas tant question de lire en elle, mais bien de trouver dans ces chansons magnifiques une part de soi, de devenir lecteurs de nous-mêmes en substituant à nos propres mots ces quelques arpèges délicatement apprêtés. Et se dire, du frêle personnage que Laura Marling esquisse de sa jolie plume : cette créature, je la connais.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)