Accueil > Critiques > 2011

My Brightest Diamond - All Things Will Unwind

vendredi 13 janvier 2012, par marc

Entourage


Ceci devrait être la dernière critique de 2011. La semaine prochaine, on revient avec de la fraiche parce que vous le valez bien

Et si la carrière de Shara Worden était une question d’entourage ? C’est la première fois que j’écoute un de ses albums en tant que My Brightest Diamond mais j’avais déjà succombé au temps du formidable dernier album de Clogs, projet initié par deux musiciens de The National et très riche de ses collaborations.

La genèse de cet album n’est d’ailleurs pas inintéressante puisque la conception a commencé quand Shara a été invitée à la série de concerts American Songbook organisée par le Lincoln Center. Elle a adjoint à son groupe l’ensemble yMusic qui a déjà collaboré avec Bon Iver, Antony & the Johnsons, The New York Philharmonic et Rufus Wainwright. Tant qu’à rester en excellente compagnie, signalons que c’est sorti chez Asthmatic Kitty (le label de l’intouchable Sufjan Stevens) et que le design de la pochette est signé par un certain DM Stith.

Comme instinctivement on aime retomber si pas en terrain connu, du moins trouver des affinités, je situerais My Brightest Diamond dans la catégorie des auteurs luxuriants et virtuoses, comme Andrew Bird, Owen Pallett ou Joanna Newsom. On retrouve le même goût de la belle chose, même si cet amour implique de se lancer dans des figures de style complexes. Les fulgurances sont peut-être moins marquantes que chez les deux exemples, mais on peut sans risque la confronter à des artistes de ce niveau. Au lieu du violon, c’est cependant la voix qui prime, qui survole les débats.

Elle peut donc se contenter de peu d’accompagnement (I Have Never Loved) et montrer une maitrise totale pour monter sans se perdre, et ce dès le premier morceau We Added It Up. Ce qui nous vaut au passage quelques morceaux de bravoure comme Be Brave. Comme ma découverte de l’artiste est assez récente, j’ai aussi pensé à la voix de Rosemary Moriarty (c’en est même parfois troublant), avec moins de gouaille et plus de retenue même si le côté jouette est commun (There’s A Rat). Cette versatilité est aussi bienvenue, réussissant des écarts qui nous mènent du côté de la comédie musicale classique un peu perturbée et pas forcément limpide (In The Beginning) à une douceur qu’elle maitrise aussi (She Does not Brave The World) en passant par du plus guilleret (High Low Middle). Tout n’est pas enchanteur (Ding Dang) mais ses mélodies occasionnellement tortueuses cachent moins de chausse-trappes que chez St Vincent (Reaching Through To the Other Side)

Charmant est un terme un peu surannée et sans doute un peu méprisant pour qualifier un album. Pourtant, en dépit de ce risque de mauvaise interprétation, c’est celui que j’emploierais pour cet album entre classique et modernité, corset et liberté, beauté formelle et accessibilité.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Et bien moi je l’adore cet album, quelle classe vraiment !!
    Il y a juste un petit creux dans l’album une fois Be Brave passée, mais ça reprend de plus belle dès High Low Middle.
    Il était dans mon top 10 de 2011 sans problème.

    repondre message

    • My Brightest Diamond - All Things Will Unwind 16 janvier 2012 01:08, par punkryden

      La même. Il figure dans mon TOP 2011. Mais je le positionnerai un peu en dessous de ses deux autres albums (surtout A Thousand Shark’s Teeth). Et puis, y a eu la rencontre sur scène au Café de la Danse : claque monumental. 4 rappels, et un public insatiable, ça ne s’invente pas. J’ai donc repris ma place pour mars où elle sera accompagnée d’un orchestre. Elle est drôle, attachante, a une voix incroyable. Je l’aime, voila.

      Voir en ligne : http://punkryden.blogspot.com/

      repondre message

  • My Brightest Diamond - All Things Will Unwind 18 janvier 2012 09:11, par Christophe

    Un album enchantant, d’une légereté et d’une grâce fabuleuse avec ce sextet de musique de chambre. Me fait parfois penser à Bjork avec qui ce sextet a d’ailleurs déjà joué. Pas dans mon top 2011, mais il était aux portes de celui-ci.

    Voir en ligne : http://edgarsmiouzik.wordpress.com

    repondre message

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)