Accueil > Musique > 2011 > Youth Lagoon - The Year Of Hibernation

Youth Lagoon - The Year Of Hibernation

mercredi 9 novembre 2011, par Marc

La discrétion


La discrétion n’est pas toujours un effet secondaire, elle peut être carrément un état d’esprit, voire un style. Nous ne parlons pas du genre volontairement fauché et lo-fi dont le misérabilisme sent la mise en scène, non, nous voulons parler de ces albums qui ne nous font pas signe, ne nous appellent pas, mais desquels il est impossible de se défaire. Cette attitude peut se marier à tous les styles, de la balade au piano en demi-ton de Gem Club à l’intensité rentrée de The Antlers en passant par l’electro-pop satinée de Memory Tapes.

Ces deux dernières références ne sont pas là par hasard. La voix en retrait et une guitare aigrelette font penser à Memory Tapes (Dreamteam), ce qui est une bonne indication, même si la dernière livraison de Dayve Hawk sous ce nom n’est pas uniformément emballante. Des Antlers, il possède une certaine évidence, cette propension à se rendre immédiatement familiers sous le brouillard.

Un seul musicien à toutes les manettes, voilà ce qu’est Youth Lagoon. A vingt ans, Trevor Powers montre en tous cas qu’il est un artiste à suivre. Et on le suivra. On monte, mais en douceur, empruntant un discret ascenseur plutôt que l’escalier d’apparat. Mais on arrive au sommet avec Montana et c’est le principal. Pour le reste, ces hymnes restent dans leur coin en regardant leurs pieds (plaisant Afternoon) mais n’en restent pas moins entrainants, presque malgré eux.

La voix est forcément passée sous l’éteignoir. On en vient à penser que c’est un artifice sans doute utilisé pour que les voix qui ne se suffisent pas à elles-mêmes puissent assurer le boulot. C’est sans doute une des raisons de leur multiplication à cette époque où l’expressivité (magnifique) d’un Jonathan Meiburg est l’exception.

Difficile de motiver une sympathie spontanée La musique à haute teneur mélodique de Youth Lagoon ne viendra pas sonner à votre porte, ne criera pas pour attirer votre attention. Mais une fois celle-ci happée, vous garderez cet album avec vous.

http://youthlagoon.blogspot.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Youth Lagoon - The Year Of Hibernation 27 janvier 2012 12:40, par Guismo

    J’aime bien ce petit album. Tu décris bien le sentiment "je me jette pas sur cet album pour l’écouter mais quand mes doigts glissent sur l’ipod et passent dessus, je peux pas m’empêcher de le lancer et de l’écouter dans son entiereté’. On verra ce que ca donne au Botanique.....

    repondre message

    • Youth Lagoon - The Year Of Hibernation 27 janvier 2012 12:45, par Marc

      Quand j’ai voulu prendre des places pour le Bota, il n’y en avait plus. Ca m’apprendra à faire de la pub à un groupe, tiens... :)

      repondre message

      • Ah tiens, j’ai pas pensé mettre un petit mot sur le concert .... j’étais parti pour une petite review mais comme ça m’a pas des masses emballé, j’ai laissé tombé (préférant me concentrer sur Nils Frahm ou Sharon Van Etten).

        Le meilleur mot qui me vienne pour décrire ce concert c’est "gentillet". Ce petit jeune est plutôt sympatique, communique avec le publique, sort des compos qui passent très bien sur album mais en live, ca peine à décoller. On est vite lassé par la répetition de ses structures : belle petite mélodie au piano, sa petite voix qui n’a pas mué et ensuite une boite à rythme qui se lance. Et comme rares sont les morceaux avec une nette progression ... ben on s’ennuie un peu. Dommage car l’album est plein de charme et il faut dire qu’il a un certain talent pour nous embarquer dans son univers.

        repondre message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)