Accueil > Musique > 2011 > 65 Days Of Static - Silent Running

65 Days Of Static - Silent Running

mardi 29 novembre 2011, par Marc

Interlude


Les groupes qu’on suit, on est prêt à les suivre très loin. Les excellents 65 Days Of Static sortent sur un label obscur (Dustpunk Records, une de leurs émanations endormie depuis 10 ans) la musique d’un film de 1972 ? On se doit d’y jeter une oreille. On s’en fait une joie même. Le projet de base prévoyait deux performances lors du festival du film de Glasgow mais a reçu des échos tellement positifs qu’ils ont décidé de le publier (avec un EP bonus), en levant les fonds via Indiegogo.

Le post-rock aime les ambiances cinématographiques, sans doute parce que sans le support de la voix, le pouvoir d’évocation est plus visuel. 65 Days Of Static a complètement joué le jeu, incluant même des thèmes musicaux récurrents. Pourtant, ce sont surtout leurs concerts qui séduisent le plus de non-initiés. Je suis passé par là (en première partie de Mogwai), et leurs prestations au Pukkelpop (public réclamant un rappel sincère après un Radio Protector dantesque) et Dour (ils ont dit à l’époque que c’était leur meilleur concert) ont contribué à leur reconnaissance

Le dernier album en date les voyait explorer une veine plus électronique, et le mélange plus poussé qu’auparavant a accouché d’un des sommets de 2010, le Tiger Girl. Ce Silent Running est ce qu’on a entendu de moins burné de leur part. Mais peut-être parce qu’on les connait, qu’on sait leurs déflagrations, il reste une tension latente, une bouffée d’énergie tapie dans l’ombre. Question puissance de frappe pure, des groupes comme Russian Circles (l’article arrive) sont encore une étape plus loin, même si ce n’est pas un but en soi. Space Montage est bien en l’état, pas besoin de le surgonfler à la testostérone.

Peut-être que les images du film s’y prêtent, mais un Broken Ship Ruse est quand même un peu âpre à l’écoute. Safe Distancing a une progression plus classique, mêlant claviers et guitares. Mais si leur sens mélodique ne se dément pas, la folle énergie, parfois éprouvante n’est plus mise en avant. S’il y a du piano, on sent qu’il ne va pas rester seul et on n’a pas tort (Burial Scene, Rantaloupe). Heureusement, la batterie (un de leurs gros points forts, surtout en concert) est toujours là pour ramener un peu d’ordre et de folie à la fois. Par contre, fort peu de synthés qui tachent ne sont à signaler si on excepte leur Finale.

Il faut encore une fois encore replacer l’exercice dans son contexte. Ne prenez donc pas ce Silent Running comme l’étape suivante de We Were Exploding Anyway, comme la poursuite de leur intégration plus poussée de l’électro dans leur post-rock métallique. 65 Days Of Static s’est donc attelé à une musique de film et cet album confidentiel doit plus être pris comme un bonus, une respiration. Dans cette optique, c’est surtout une petite ration supplémentaire qui ravira les fans plus qu’une introduction pertinente à la discographie du groupe de Sheffield.

http://www.65daysofstatic.com/
http://store.65daysofstatic.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)