Accueil > Musique > Concerts > The Antlers, Botanique, 22/11/2011

The Antlers, Botanique, 22/11/2011

mercredi 23 novembre 2011, par Marc


La série de concerts rapprochés continue donc. L’étape du jour : The Antlers qui jouait dans une Orangerie sold-out. D’où provient cette popularité au nord du pays ? Je n’en sais trop rien je dois dire...

On n’a pas le temps de se poser trop longtemps la question vu que le quintette londonien Dry The River prend possession de la scène. Et le fait plutôt bien. Quelque part entre les harmonies vocales des Fleet Foxes et des passages instrumentaux au son dense, le moment est très plaisant. Il manque peut-être encore de la constance entre les hauts faits, mais on s’empresse de noter le nom pour plus tard, d’autant qu’ils suscitent d’emblée la sympathie.

Un nom qu’on a retenu depuis longtemps, c’est bien The Antlers. Depuis Hospice très exactement, quand cette splendeur en mi-tons s’était imposé. The Antlers, c’est un groupe étrange, à la musique à la fois familière et assez distante. Et les choses se présentent étrangement, avec des bidouillages électroniques qui prennent toute la place. C’est bien simple, on n’entend que ça, la batterie, et un magma peu distinct. Les choses se mettront progressivement en place, et c’est tant mieux, tant cette voix mérite le détour. Très haut perchée et sensible, c’est le point d’ancrage humain de cette musique, qui par ailleurs prend tout son sel dans des textures de guitares denses, une batterie qui peut évoquer Radiohead (la figure tutélaire inévitable, qui semble vaciller de son socle avec des groupes pareils) et le reste en claviers inspirés. Elles sont étranges ces balades au cordeau (magnifique Putting The Dog To Sleep), ces morceaux à la limite du dérapage (Every night My Teeth Are Falling Out), ces séances presque shoegaze. Et tout décolle, maitrisé de bout en bout comme ce Sylvia qui se permet de contourner ses propres poncifs (loud-quiet-loud) pour montrer la solidité de l’écriture.

On ne tentera pas la périlleuse liste des groupes qui définissent le son de notre époque. Ce mélange-ci devra en faire partie. Entre sensibilité écorchée et froideur sonore assumée, le quatuor de Brooklyn est un repère de 2011.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)