Accueil > Musique > 2011 > Girls - Father, Son, Holy Ghost

Girls - Father, Son, Holy Ghost

mercredi 14 décembre 2011, par Laurent

Au nom des filles


Encore un de ces disques qui tournent depuis des mois et dont on n’a toujours rien trouvé d’intelligent à dire. Notez que ça ne va pas forcément être pour tout de suite puisque, fidèle à de vilaines habitudes, on n’exclut pas toujours de s’y coller sans avoir d’éléments neufs, voire simplement pertinents, à verser au dossier. Non, mais c’est-à-dire que ces périodes de fêtes et de bilans nous ont toujours émoustillé, comprenez-vous... dès lors, on s’en voudrait de snober un des albums qu’on commence à retrouver et qu’on retrouvera encore sur la majorité des podia mélomanes.

N’allez pas croire pour autant qu’on a trouvé, dans ce deuxième album des filles-qui-n’en-sont-pas (comme on sort d’une chronique du dernier Boy, vous saisirez aisément l’association d’idées), le grââl auquel se sont abreuvés tant de fanatiques de rock alternatif cette année. D’abord, on écoute beaucoup trop de choses différentes pour considérer “Father, Son, Holy Ghost” comme un des disques importants de 2011 ; ce qu’il est probablement, mais dans un registre vraiment trop cintré à nos goûts éclectiques. Ensuite, il manque tout de même aux Girls quelques qualités pour prétendre au statut de références.

La voix de Christopher Owens, par exemple, n’est pas de celles qui se rendent capables de connecter instantanément une paire d’oreilles à ses états d’âme. Pourtant, Dieu sait si la sensibilité à fleur de peau de ce curieux personnage s’exprime ici avec beaucoup d’à-propos. Seulement, son chant vieillot biberonné aux enregistrements Sun, régulièrement souligné par des structures rythmiques directement empruntées à la surf (Honey Bunny) ou au doo-wop (les plus mièvres Saying I Love You et Love Like a River), se donne tant de mal pour émouvoir dans la retenue qu’au final, il émeut bien rarement.

Musicalement, toutefois, l’album épate à diverses reprises de par ses capacités à digérer l’héritage des maîtres du soft-rock sans (presque) jamais sonner lisse. Les très désuets My Ma ou Vomit, écrits d’une plume particulièrement ajustée, font presque aussi bien que Wilco dans ce registre, et en mode 100% vintage qui plus est. Forgiveness en serait par ailleurs le cas d’école, soit huit minutes de raffinement bluesy où les similitudes avec la bande à Jeff Tweedy frôlent le mimétisme. Habiles faiseurs, ces gens peinent à se construire une identité un tant soit peu singulière.

Notons d’autre part de bienvenus changements de tempo qui offrent, à des morceaux excellents tels que Just a Song ou le démentiel Die, une seconde vie voire une après-vie, baignée dans un océan cotonneux au psychédélisme rêveur. Dommage par contre que l’orgue de Jamie Marie se révèle quant à lui si intrusif et, à dire vrai, totalement kitsch. C’est dans ces moments d’égarement assez inopinés que les Girls se montrent les plus maladroits et nous empêchent de penser que oui, vraiment, il y a quelque chose de spécial chez ce groupe. Il ne s’en faut pourtant pas de beaucoup.

On passe parfois un peu bêtement à côté de la réussite. En réalité, s’il avait été raboté d’un petit quart d’heure superflu, “Father, Son, Holy Ghost” aurait conservé une longueur honorable et aurait pu être, à nos humbles oreilles, la perle rare que d’aucuns ont vue dans cet album. Mais, forcé de constater qu’il manque encore aux Girls un peu d’élan et une vraie personnalité, on reportera provisoirement notre enthousiasme au prochain effort. Certes, cette critique manque tout autant d’arguments un tant soit peu consistants... oui mais, sauf que là on vous avait prévenus.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)