Accueil > Musique > 2011 > Jonathan Wilson - Gentle Spirit

Jonathan Wilson - Gentle Spirit

vendredi 23 décembre 2011, par Marc

En voiture


La musique de cruising, celle qui est destinée à tromper l’ennui et les limitations de vitesses draconiennes des interminables autoroutes américaines est un genre à part entière. Mais cette posologie ne s’applique pas à cet album dans son entièreté, tant l’écoute s’avère relaxante et pourrait vous envoyer par inadvertance dans le décor.

Quand on se renseigne sur Jonathan Wilson, on voit qu’il a déjà collaboré à deux albums de Vetiver, ce qui semble fort cohérent tant on retrouve ici aussi ce gout de la digression légère et passionnée. Le musicien qui sort ici son second album chez les excellents Bella Union (Fleet Foxes, Midlake, The Acorn, Department Of Eagles, Explosions In The Sky, Our Broken Garden, My Latest Novel, et tant de bonnes choses…) est expérimenté, et très influencé par une certaine forme du psychédélisme, celle qui privilégiait la fusion entre un soft-rock libéré et une coolitude indéniable à des expérimentations lysergiques pures. On retrouve donc des solos de guitare (Natural Rhapsody), habitude perdue petit à petit mais qui convient très bien à l’exercice. Et à ces doses-là, on apprécie le chorus suranné mais savoureux de The Way I Feel.

Incontournable pour les moins jeunes parmi lesquels je me compte, ce que faisait Pink Floyd à la charnière des années 60 et 70 sur des musiques de film est une référence. Découvrez ou réécoutez More ou Obscured By Clouds, c’est toujours revigorant de revenir aux racines, histoire de mesurer ce que la musique d’aujourd’hui doit à celle d’hier. Comme souvent, la révérence au groupe mythique est parcellaire, un peu discrète, et se retrouve dans le son de batterie, ces discrets coups de bottleneck.

Vous aurez donc droit à des riffs de guitare très ‘côte ouest’ mâtinés de léger psychédélisme d’époque. Toutes ces allusions pour dire que Desert Raven est agréable et fondant. Ces lointains échos les orteils en éventail ont déjà été répercutés de nos jours, à des degrés divers. Wilco nous a déjà gratifiés d’un album fameux dans le genre cette année, et c’est peut-être la seule chose qui puisse faire de l’ombre à ce Gentle Spirit. On mentionnera aussi Plants and Animals dans la même catégorie de ces musiques qui plaisent toutes seules et qui ne laissent pas énormément de place pour l’exégèse.

Mais il faut préciser que le pilote automatique n’est pas enclenché, qu’il y a des évolutions, que la Langueur seventies de Can We Really Party Today ou Woe Is Me est fort réussie, que le dernier morceau s’étale comme un fleuve tranquille se déroule, mais qu’il y a des ballades presque acoustiques qui peuvent être très jolies (Rolling Today, Waters Down ou Don’t Give Your Heart To A Rambler) et que c’est parfois trop gentil pour être honnête (Magic Everywhere).

Comme toutes les musiques ultra référencées, celle de Jonathan Wilson pourra apparaitre comme un exercice. Mais en toute objectivité, il n’y a aucune raison de ne pas accueillir ce petit supplément de musique extrêmement légère, qui s’exprime aussi bien en balade qu’en langueur, est très bien exécutée et trouve sa place sans forcer.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Tamar Aphek - All Bets are Off

    On ne peut nier l’importance de la jeunesse, le mythe tenace du premier album. On sait qu’il y aura toujours des albums venus de nulle part pour récompenser notre patience et notre dévouement. On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression et la jeune Israélienne Tamar Aphek la saisit à pleine mains. Son premier album (il y a eu un EP avant ça) démarre sur les chapeaux de roues, avec un ton qui rappelle Liars dans la propension à utiliser des rythmes fiévreux sans être abscons. (...)

  • MamaKilla - We Coo

    MamaKilla (on prononce ‘Mama kiya’ visiblement) est un power-duo avec Stéphane Del Castillo au chant et à la guitare, Boris Barzul à la batterie et aux samples. La formule est souvent reprise, notamment pour faire beaucoup de bruit ou assumer de bons délires psychédéliques. C’est un peu le cas ici, mais si on vous en parle, c’est surtout parce qu’il y a autre chose.
    On prend ses marques avec We Coo qui se pose en stoner dense et plutôt lent. Mais la tangente est vite prise dès Go and Tidy Up your (...)

  • Freedom Candlemaker - Beaming Light

    Vous reprendrez encore une petite lampée de pop grecque ? Pas de panique, Lefteris Moumtzis s’exprime en anglais, le nom du projet étant même la traduction littérale du patronyme du Chypriote.
    On entre tout de suite dans son univers cotonneux avec un son très doux. Mais on aura aussi de la variété puisque après l’ample début il varie et syncope. On aura droit aussi à une dose de psychédélisme. Le son étant un peu lisse et le ton fort détendu malgré le tempo jamais lymphatique, c’est un album qui pourra (...)

  • Saint Sadrill - Pierrefilant

    Harmonies vocales en avant, grand départ sur un morceau de 11 minutes, on ne peut pas dire que la musique de Saint Sadrill vise les personnes pressées. Pourtant, le projet du Français Antoine Mermet et de ses comparses n’a rien de torturé. Elle musique prend son temps mais pas nécessairement pour flâner en route (ce qui serait son droit le plus strict) mais pour qu’on profite du climat installé.
    On note encore plus de tension sur Corq qui en devient un gros morceau, riche de sa pulsation, de sa (...)