Accueil > Musique > Concerts > Cascadeur, Botanique, 14/12/2011

Cascadeur, Botanique, 14/12/2011

jeudi 15 décembre 2011, par Marc

Bas le masque !


Pour terminer cette chouette année de concerts, un individu casqué avait investi l’Orangerie. Première constatation, le public est majoritairement francophone, donc il semble que Cascadeur fasse partie de cette frange de groupes français qui s’expriment en anglais mais ne s’exportent pas forcément. Pensons à Cocoon ou Aaron par exemple. Le public est donc bon enfant, entendez qu’il rit beaucoup dès que l’artiste ouvre la bouche, même et surtout si ce n’est pas drôle.

Commençons par le positif. J’aime beaucoup les chansons de Cascadeur et le chant et le clavier passent sans souci la rampe de la scène. Normalement, on arrête là et on conclut qu’on a passé un excellent moment. Dans le cas qui nous occupe, l’avis devra être fortement nuancé.

On sait que l’idée de mise en scène, c’est un déguisement, des casques, et un masque de lucha libre. Bien. Mais pourquoi ? Quelle est la valeur ajoutée ? On peut comprendre quand la musique s’y prête, pour la folie d’Of Montreal par exemple. Mais là, bon... Ensuite, on se rend compte que l’album The Human Octopus, compilé à partir d’une série de maquettes auto-produites, a été habilement séquencé. Les morceaux n’y figurant pas sont plus binaires, moins convaincants. Tout dernier ronchonnement, si le clavier est (bien) joué en direct, les autres instruments sont enregistrés. Quelques musiciens supplémentaires amèneraient un vrai surcroit d’intensité. Ah oui, question de goût personnel, je suis assez peu réceptif quand on me demande de chanter ou frapper dans les mains...

A Bruxelles, il semble logique que David Bartholomé soit invité sur scéne. C’est que le chanteur de Sharko a dès le début marqué son soutien. Avec deux guitares acoustiques, Bye Bye est un final tout trouvé. Pourtant, il y aura encore un retour, pour le beau In Shadows.

Je trouve que la musique de Cascadeur ne manque pas de justesse, c’est pourquoi je continuerai à écouter ses albums. Sur scène, dans la configuration actuelle (c’est-à-dire carnaval et sans musiciens), je ne réitèrerai pas.

Voilà, maintenant, il n’y a plus qu’à faire un joli paquet de photos pour clôturer en beauté cette belle année. On se voit l’an prochain ?

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)