Accueil > Critiques > 2012

Dan San - Domino

lundi 30 janvier 2012, par Marc

La loi de l’évolution


Les archives de ce site me rappellent que j’avais assisté à une prestation de Dan San qui ne m’avait pas vraiment convaincu, c’était en première partie de Beirut. Et puis dans le cadre du marathon organisé par le label Jaune Orange, la révélation était venue, confirmée par un premier EP vraiment prometteur (un peu sous-coté par mes soins sans doute), avec en tête de gondole un Pillow entêtant. Dans ce contexte, la sortie du premier album était fort attendue. On notera d’ailleurs qu’ils sont repartis d’une feuille blanche, aucun des morceaux de cet EP ne figure ici, même sous une forme réenregistrée

Dans les musiques qui comptent sur une énergie juvénile, la maturité peut être perçue comme un affadissement, comme un tribut payé au temps qui use. Mais dans le cas qui nous occupe, on ne peut la voir que comme un enrichissement. D’emblée, le violon nous cueille, et on comprend que le groupe a bien évolué. Moon est ample, mais résiste à la tentation de l’hymne beuglé, sous-genre largement exploité (avec talent souvent). Ils seront présents, toujours dans un rôle de support qui fait mouche comme sur Tomorrow (qui se paye le luxe d’ajouter les cuivres), mais jamais en riffs directeurs.

Ce premier album est donc ce qu’ils ont fait de plus luxuriant, finalement plus proche d’un Leisure Society que des écorchés vifs qui sentent bon la cabane au fond des bois. Quand l’excellent site listen2fight existait encore, je les avais opposé à Midlake, mon coup de cœur de l’époque. The end Of The Day Part II (la première est sur l’EP) lorgne carrément du côté de ces fantastiques Américains. Du moins, on en retrouve la même force tranquille. Et c’est surtout sur ce morceau-là que la guitare est la plus présente et que l’évolution est la plus flagrante.

Leur habitude de monter dans la seconde partie des morceaux est toujours là (Reality). Ils ne recherchent pas la remontée lancinante, le spectaculaire, mais l’intensité, la variation (So Many Yards). Cette intensité d’ailleurs, il faudra aller la chercher au bout de quelques écoutes, laisser l’aspect léché de côté pour que les variations soient plus manifestes, que les entrelacs apparaissent plus limpides. De plus, si certains morceaux semblent manque d’enjeu de prime abord (Sleeper, The Shades), c’est précisément cette seconde partie qui sauve la mise. D’autres s’en passent très bien, comme Question Marks qui a pertinemment été choisi comme premier single. A l’opposé, je me suis surpris à repenser aux exercices en apesanteur de DM Stith quand les Liégeois se font plus légers et éthérés sur Leaves.

Certains membres sont impliqués dans d’autres projets (les très bons Pale Grey par exemple), ce qui explique à la fois le temps pris à l’élaboration de ce premier album et une certaine originalité dans le son, sans doute un peu trop appliquée de manière uniforme. Mais leur modèle (enfin j’imagine, je ne leur ai pas demandé) Midlake a montré qu’on pouvait étaler un même schéma sur un album et gagner à tous les coups. Jusqu’où s’arrêtera Dan San ? La question mérite d’être posée, tant l’évolution est palpable entre leurs productions. Un des groupes folk intéressants du moment vient de Liège, la mondialisation a des effets secondaires irrésistibles parfois. Cet album soyeux constitue déjà un de mes bons moments de l’année qui commence, et une promesse de lendemains qui chantent (à l’unisson).

Mmarsupilami s’emballe ici
http://www.dansan.be/
http://www.myspace.com/dansanmusic

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Dan San - Grand Salon

    On ne va pas se mentir, il faut une petite adaptation à l’entame de ce nouvel album de Dan San. Eux qu’on avait vu évoluer d’un folk ample à un folk puissant avant d’incorporer des éléments plus psychédéliques. La trajectoire vers toujours plus de légèreté ne sera pas infléchie par ce troisième album.
    Les voix ne sont plus aussi typées, même si elles poussent encore parfois à l’unisson. On pense même (...)

  • KermesZ à l’Est - Octophilia

    On a beau tenter de les combattre, les préjugés ont la vie dure. Quand on se lance dans l’écoute d’un album qui revendique des sources festives d’Europe de l’Est et qu’on voit certaines photos de presse, on s’attend quelque chose de plus bordélique qui du reste aurait pu coller au genre. Mais d’emblée, les transitions et la puissance ne laissent aucun doute, c’est une grosse maitrise qui est à l’œuvre, (...)

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Feist - Multitudes

    On n’a qu’une chance de faire une première bonne impression. C’est via un album soyeux qu’on écoute encore beaucoup 20 ans après qu’on a fait connaissance du talent tellement attachant de Leslie Feist et on n’a jamais décroché parce qu’elle ne nous a jamais déçus non plus.
    On n’a qu’une chance de faire une première bonne impression. Et c’est avec le délicieusement psychédélique In Lightning qu’elle revient (...)

  • boygenius – The Record

    Sororité est sans doute le premier mot qui vient en tête à l’évocation de boygenius. Depuis ce live de KEXP où elles sont accueillies par Sheryl Waters, on a fondu pour cet incroyable trio. A priori, leur seul EP de 2018 n’appelait pas de suite mais comme c’est visiblement l’envie seule qui les guide ici, elles ont voulu prolonger l’expérience. Il faut dire que la démarche n’était pas celle d’un (...)

  • Maita - Loneliness

    C’est sans doute une étrange idée d’aborder une discographie inconnue par une relecture acoustique d’un album qu’on n’avait pas écouté mais toute occasion est bonne de découvrir du talent. Donc après avoir sorti I Just Want To Be Wild For You, Maita (Maria Maita-Keppeler en vrai) a voulu tout de suite faire émerger des versions acoustiques, plus proches des compositions originales. Les morceaux (...)

  • Clara Engel – Their Invisible Hands

    D’emblée hantée, la musique de la Canadienne (de Toronto) Clara Engel est taillée pour la fascination. Et on le sait, ce n’est pas un sentiment facile à définir ou tracer. Si vous préférez une description piste-par-piste qui n’en déflore pas le mystère, elle s’en charge elle-même.
    Cet album réclame peut-être un peu d’investissement, ou en tous cas un contexte propice. Si c’est une possibilité, ce serait (...)