Accueil > Musique > 2012 > Of Montreal - Paralytic Stalks

Of Montreal - Paralytic Stalks

mardi 7 février 2012, par Marc

Morne folie


Difficile de cerner une formation comme Of Montreal tant elle semble faire des efforts pour ne pas se laisser enfermer, quitte à être son propre geôlier. La bande de Kevin Barnes fait partie de celles que je suis régulièrement alors que peu d’albums d’eux m’ont plu dans leur entièreté. Il faut dire que leur propension à changer de direction plusieurs fois par minute ne facilite pas exactement l’attachement durable. Mais leur fantaisie finit souvent par emporter le morceau. Ou, plus précisément, finissait. Je ne vais pas ma lancer dans une analyse du personnage de Kevin Barnes, Nathan Fournier en parle très bien dans un article pertinent.

L’album part pourtant très fort, avec un Gelid Ascent qui place haut le space-rock, tout en épaisseur de son. Un album d’Of Montreal est un labyrinthe, et en tant que tel, réclame d’avoir l’âme jouasse. C’est de la pop (dans l’acception seventies du terme) occasionnellement sucrée qui doit s’aborder avec la même motivation que le progressif âpre. Sans quoi Winter Debts peut rebuter. Perdre le fil n’est pas seulement concevable, mais est une conséquence logique et même voulue. Ce qui réserve de bonnes surprises, quand un bon morceau solide (We Will Commit Wolf Murder) nous secoue dans des circonvolutions qu’on n’avait pas vu venir. Mais on peut aussi soupirer devant le manque de clarté, sauvé par une pirouette et puis qui replonge dans le chaos. On sent l’envie de détourner un morceau quand il semble faire trente secondes de bonnes choses. Ce qui est paradoxal si on considère que leur plus brillante réussite (The Past Is A Grotesque Animal) est un morceau tendu et linéaire de près d’un quart d’heure.

Bon, vous connaissez l’adage « on qualifie une œuvre d’« expérimentale » quand l’expérimentation a raté ». Et la mauvaise surprise de cet album, ce sont ces francs moments d’expérimentations qui usent (Exorcismic Breeding Knife), où on attend la brusque pirouette qui ne vient jamais. Ou alors très très tard, quand le piano-voix mélancolique de la fin d’Authentic Pyrric Remission, mais planqué tout là-bas, on dirait que c’est un morceau caché. Chacun mettra sa ligne quelque part, mais il est probable qu’elle sera dépassée à un moment ou un autre… Ces deux derniers morceaux totalisent 20 minutes (soit plus d’un tiers de l’album), ce qui est beaucoup pour un plaisir d’écoute limité. Cette partie-là va perdre du monde, on peut le prédire après s’être perdu soi-même.

Peut-être que c’est l’album qui me dépasse un peu, ou qui voit un groupe délirant (voir leurs concerts fous) ne pas trouver la sortie de son propre délire, laissant l’auditeur amateur sur le bord du chemin. Même la folie doit connaitre de la variation. Il reste beaucoup de bonnes choses (Ye, Renew The Plaintiff) sur cet album plus sombre, plus introspectif, mais le dernier tiers fait pencher la balance vers l’incompréhension.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)