Accueil > Musique > 2012 > Swilson - Demonology

Swilson - Demonology

vendredi 16 mars 2012, par Marc

Bordel démoniaque


On ne peut pas faire le bonheur des gens contre leur gré. Certains s’acharnent pourtant et je me dois de les remercier. Dans la courte liste figure Vincent de Cheap Satanism Records, et Esprits Critiques est sans doute un des seuls sites à couvrir leur discographie. Ce n’est sans doute pas fini puisqu’il y en a deux autres sur le feu et si souvent je dois sortir de ma zone de confort, c’est aussi revigorant.

Avec un titre pareil et les thèmes abordés, il semble tout à fait logique de se retrouver sur le label, parce que les démons, on aime ça chez Cheap Satan. 12 morceaux en 34 minutes, on n’est pas là pour disséquer de la digression progressive. L’analyse d’ailleurs passe au second plan, après la réaction de l’organisme, des membres qui entrent en vibration. Les miens seront tout d’abord décontenancés par le très nerveux Polyester Shirt Polyester Pants, ou encore par le plus lourd White Witch Black Witch (sans être du stoner). Mais cet album n’est pas entièrement abordé avec le doigt dans la prise, et leur versant plus acoustique est intéressant. J’apprécie que Planet Of Sex ressemble à une version débranchée de Clinic, ou cette façon de faire passer la tension sans recourir systématiquement au bruit, préférant à la saveur de l’huile de moteur celle des Rolling Stones hors d’âge

La déglingue est un art, on l’oublie souvent, et il n’y a pratiquement pas de différence entre le décalage et le n’importe quoi. Mais quand on aime les garages pas rangés et les doux dingues comme les So So Glo’s, on en vient à penser que si le chant est un peu faux non seulement ce n’est pas trop grave, mais que la façon de se perdre est même sympathique (Plasting Flower Melting Sun). Et quand ça ne suffit pas, ils convoquent des voix enfantines pour chanter sur la plage titulaire I have my degree/In demonlogy. Charmant. Comme ceci est le premier album d’un groupe américain, leur accent français est… particulier (La Diosa Verde), faisant sonner ‘mon amour’ comme ‘more and more’, ce qui n’est pas si incongru au final.

Vous l’aurez compris, la démonologie de Swilson ne pousse pas à la messe noire au premier degré, mais à un joyeux bordel qui arrive à rester bordélique et joyeux sans virer au chaos. C’est un hommage peut-être paradoxal mais c’en est un.

http://hi-science.com/
http://www.cheapsatanism.com/?page_id=17&lang=fr (pour l’acheter ou le télécharger)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Swilson - Demonology 23 mars 2012 20:23, par Louis

    Et il n’est pas disponible en magasin ou en version physique ? Parce que votre critique m’a bien donné envie d’écouter, mais j’ai un lecteur CD en voiture et ça me servira s’il est déjà dispo en CD.

     
     
    Il existe de nombreux jeux sur n’importe quel le casino en ligne, vous aurez donc un large éventail de jeux à votre disposition.

    repondre message

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)