Accueil > Critiques > 2012

Laura Gibson - La Grande

mercredi 1er février 2012, par marc

Née quelque part


En publiant un article, il est possible d’y associer des mots-clés, de définir un genre. C’est ce qui définit les ‘articles connexes’ en haut à droite de cette page. On n’en a pas ajouté pour la ville de provenance, pourtant ce pourrait être intéressant. De Portland, Oregon, par exemple proviennent des artistes aussi divers qu’Eluvium, Decemberists, Menomena ou Yacht. Cette origine a un avantage certain, celui d’avoir à proximité des possibilités de renforts ponctuels. On retrouve ainsi des membres des Dodos, Decemberists (elle a aussi participé à des EP’s de Colin Meloy) et de Joey Burns de Calexico. Difficile de déterminer à l’aveugle qui fait quoi, mais on peut quand même discerner une syncope rythmique qui pourrait bien venir des Dodos comme sur la plage d’ouverture très réussie.

Il n’y a pas à proprement parler de son particulier à Portland (la diversité des protagonistes peut en témoigner), et ce label n’aidera pas ceux qui comme moi ne connaissaient rien de Laura Gibson. On peut tout d’abord dire qu’elle se pose moins dans la veine chanteuse-folk-guitare-en-bandoulière que celle des chanteuses compositrices en quête d’univers, celle qui est menée par Feist par exemple. On cite aussi souvent Alela Diane que je connais moins. Mais je crois les gens.

La voix est étrangement un peu ensevelie par les effets, ce qu’on n’attendrait pas de la part d’une singueuse-songwriteuse, et j’aurai souvent pensé à la gouaille de Kate Nash, voire les sinuosités de St Vincent (Skin Warming Skin) tout en restant plus accessible et direct que le projet d’Annie Clark. Cet emploi d’effet peut d’ailleurs être vu comme un peu trop systématique, et est parfois poussé dans ses derniers retranchements (The Rushing Dark).

Fort heureusement, elle sait se reposer sur des mélodies imparables (Milk-Heavy Pollen-Eyed, Crow/Swallow). Mais mon morceau préféré est Time Is Not. Avec une couleur un peu plus sombre, qui prend le temps d’installer une ambiance plus tendue occasionnellement désamorcée par des passages plus lumineux. Cette sensation de clair/obscur en fait un morceau délicieux, avec une fin qui s’épaissit, et m’a rappelé le formidable My Good Deed de Shearwater (encore chanté par Will Sheff).

Difficile de dire beaucoup de cet album en fait. Laura Gibson a pour elle une vraie personnalité, reconnaissable et différenciée. Peut-être qu’elle pousse trop souvent sur les mêmes boutons pour faire décoller ses morceaux, mais le talent est indéniable et le plaisir suit naturellement.

http://www.lauragibsonmusic.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)