Accueil > Musique > 2012 > First Aid Kit - The Lion’s Roar

First Aid Kit - The Lion’s Roar

mardi 24 janvier 2012, par Marc

Go West


L’Amérique n’a pas fini de fasciner les Européens. Alors que souvent les artistes se contentent d’un album enregistré ‘là-bas’ et à consommer ici, les deux sœurs suédoises ont franchi l’Atlantique sans se retourner, en espérant faire partie de l’aventure du grand ouest. On se souviendra d’ailleurs que c’est une reprise des Fleet Foxes qui les a fait connaitre au public. Maintenant, c’est carrément sur Saddle Creek qu’on retrouve le duo. Le second album est ainsi produit par Mike Mogis, qui s’occupe d’une bonne partie des productions du label dont Cursive, The Faint ou Bright Eyes) dont il a été guitariste. Cerise sur le gâteau, on retrouve carrément Conor Oberst sur King Of The World dont il a écrit un couplet. On ne peut pas voir ça autrement que comme un adoubement.

Ce morceau d’ailleurs, aurait sa place dans la discographie du talentueux Conor et servira sans doute de produit d’appel. Pour le reste, les toujours très jeunes sœurs (18 et 21 ans au moment où je vous parle) ont refait le coup du premier album en mieux. Sans doute bien entourées, elles nous sortent un album certes pas révolutionnaire mais qui montre un talent manifeste et plus de confiance. Parce que leur talent pour trousser une mélodie ne doit rien à l’esbroufe (This Old Routine, Dance To Another Tune) et leurs voix très en avant, renforcées d’écho toujours à l’unisson sont là pour les défendre.

Alors, oui, c’est passe-partout, et ferait passer Basia Bulat (assez proche dans l’esprit) pour une dangereuse terroriste sonore, et une production très professionnelle peut rendre un morceau comme Blue trop lisse pour être honnête, mais il suffit que la simplicité reprenne ses droits sur New Year’s Eve pour qu’elles soient plus séduisantes. Oui, on retrouvera un peu de slide et une ampleur nouvelle (The Lion’s Roar), mais ça reste bien moins aseptisé qu’une Amy McDonald. Ceux qui les découvriront par le biais de cet album auront sans doute aussi une oreille moins bienveillante que ceux qui les ont découvertes au hasard des avant-programmes de bons concerts.

Avec des allusions comme I’ll be you Emmylou and I’ll be your June/You’ll be my Gram and my Johnny too (Emmylou), il n’est pas très difficile de trouver dans quelle filiation elles espèrent se trouver. Quand on aura ajouté que leur reprise en concert de Dancing Barefoot de Patti Smith aura fait pleurer (d’émotion, hein, pas de rage…) la grande prêtresse américaine, on sait qu’on s’éloigne encore un peu plus du Stockholm de leurs origines. Plus mature et sur de lui, cet album montre que les deux Suédoises peuvent se fondre dans le décor de leur pays d’inspiration en maintenant une fraicheur toute nordique.

http://thisisfirstaidkit.com/
http://www.myspace.com/thisisfirstaidkit

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • First Aid Kit - The Lion’s Roar 24 janvier 2012 18:35, par Mmarsupilami

    Un deuxième album bien meilleur que le premier et seulement trois étoiles sur cinq : tout est dit, non ?

    Je n’avais pas compris le ramdam...

    Je me demande si je ne vais pas m’éviter l’écoute de celui-ci.

     :-d

    repondre message

    • First Aid Kit - The Lion’s Roar 24 janvier 2012 19:07, par Marc

      Bah, tu connais l’importance toute relative des étoiles ici. Ceci dit, si tu n’avais pas apprécié plus que ça le premier, pas trop de raisons de t’emballer pour celui-ci.

      repondre message

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Josefin Runsteen - HANA Three bodies (Original Soundtrack)

    Même si on n’est pas exactement un service public, un peu de gai savoir s’impose parfois. Le Butoh est une danse de performance minimaliste créée au Japon en 1959. La danseuse suédoise Frauke a donc demandé à sa compatriote Josefin Runsteen de créer une bande-son pour une performance et c’est ce qui constitue l’objet musical du jour.
    La lisière entre les musiques électronique et classique est fréquentée et c’est dans ce (large) registre qu’on trouve ce HANA. De la musique de danse, donc, mais pas de (...)

  • Annika and the Forest - Même la Nuit

    On l’avoue, un talent féminin éclectique et un peu électronique, c’est quelque chose qui nous plait. On peut penser à Bat For Lashes, Harrys Gym, Jeanne Added, Odd Beholder ou autres et on ajoutera donc la Suédoise Annika Grill et son troisième album.
    On est d’emblée mis à l’aise par un petit air de Metric dans leurs moments les plus gorgés de beats et de guitares combinées (Thinking Crazy). On apprécie qu’Empty Space soit empli de cette énergie. Mais ce n’est pas la seule pour un album qui évolue au (...)

  • Frida Hyvönen - Dream of Independance

    Ce n’est pas parce qu’une artiste nous a marqués fortement qu’elle ne peut pas échapper momentanément à notre radar. Ils faut dire que si certaines de ses productions plus récentes que son album d’il y a 9 ans ne se sont pas signalées, c’est aussi parce qu’elles étaient chantées en Suédois. Et puis la toute dernière fois qu’on l’avait aperçue, c’était aux côtés de First Aid Kit pour une soirée hommage à Leonard Cohen qui fait actuellement l’objet d’une sortie en ce moment.
    Une chanson de Frida Hyvönen, c’est (...)

  • First Aid Kit - Ruins

    Elles en ont fait du chemin, les Suédoises de First Aid Kit. Il y a un peu plus de 8 ans, on les découvrait dans une petite Rotonde en ouverture de Megafaun et Port O’Brien et maintenant elles jouent à guichets fermés après une expatriation réussie aux Etats-Unis. La recette marche donc et les sœurs Klara et Johanna Söderberg n’ont visiblement pas l’intention de la changer. Deux voix à l’unisson, des morceaux au classicisme indéniable mais parfois habités d’une fraîcheur plaisante.
    Ce quatrième album (...)