Accueil > Critiques > 2012

River Whyless - A Stone, A Leaf, An Unfoud Door

vendredi 2 mars 2012, par marc

Personnalisé


Une musique a beau s’adresser à plein de personnes, c’est toujours en tant qu’individu qu’on la reçoit. Et dans certains cas, la chance nous sourit et on se dit que peut-être, elle a été faite pour nous. Le peu d’échos reçu jusqu’à présent par le quatuor de Boone, NY renforce encore ce sentiment d’exclusivité. Mais si je n’aimais pas partager ce qui nous fait chavirer, je n’écrirais pas de critiques.

Le goût du folk orchestral a déjà été signalé à de nombreuses reprises (Loch Lomond, The Tree Ring, Fionn Regan) et quand c’est impeccable comme ici, je suis une petite victime toute désignée. Le premier morceau est déjà bien complet, avec une montée prometteuse, un dosage bien balancé. Parce que ce groupe est à une lisière, avec d’un côté des tendances pastorales (on pense à Fleet Foxes parfois) et de l’autre, des élans instrumentaux prenants et denses comme peuvent en proposer des formations comme Balmorhea. Pour tout dire, je n’ai plus eu la sensation d’une réussite pareille dans le genre depuis le premier album de My Latest Novel.

Bien évidemment, pour que le mélange prenne forme, il est préférable de prendre cet album comme un tout, surtout qu’un Cedar Dream est proposé en plusieurs parties, de la plus sèche acoustique à la flamboyance. Mais ils arrivent aussi à faire rentrer tout leur savoir faire sur un seul morceau. Stone commence comme du Fleet Foxes mais ne tarde pas à évoluer vers de très élégantes digressions instrumentales. Ce sont elles qui font aussi le sel de cette découverte.

L’intensité est bien présente, grâce au violon bien évidemment, mais la batterie peut apporter sa touche de force à Pigeon Feathers. Ce ne sont pas des déboulés démonstratifs, mais un efficace surlignage. Quoique Windows Walk soit bien dense

Cet album s’adresse donc à la minorité du lectorat qui aura succombé aux quelques références mentionnées. En tant que cœur de cible, j’ai fatalement craqué pour ce groupe, sans trop de surprise mais avec délectation. De l’intensité, de la classe, quelques morceaux vraiment marquants, que demande le peuple ? Pas grand’ chose d’autre il faut bien le dire, tant cet album est séduisant. Il plaira en priorité à ceux qui n’hésitent pas à prendre leur temps, à laisser infuser un album dans son entièreté.

http://riverwhyless.bandcamp.com/album/a-stone-a-leaf-an-unfound-door

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Rufus Wainwright – Folkocracy

    S’il n’est pas immédiatement associé à une scène folk historique, le pédigrée de Rufus Wainwright ne laisse pas de doute. Il est le fils de Loudon Wainwright III et Kate McGarrigle (chanteurs folk proches de la scène de Laurel Canyon) après tout et tant qu’à rester en famille ses sœurs Lucy et Martha sont là, sa tante Anna McGarrigle aussi. Mais ce n’est pas vraiment un album familial pour autant, il y a (...)

  • Clara Engel – Sanguinaria

    Oui, Clara Engel nous revient déjà. Mais c’est surtout parce qu’il nous avait fallu du temps pour faire le tour de Their Invisible Hands. On connait maintenant l’univers de l’artiste canadienne et on se sent tout de suite chez nous. Eloge de la lenteur, du recueillement, il pousse à la contemplation et à reprendre le contrôle du temps. Donc il faut aussi la bonne disposition. Tout comme on n’entre pas (...)

  • Dan San - Grand Salon

    On ne va pas se mentir, il faut une petite adaptation à l’entame de ce nouvel album de Dan San. Eux qu’on avait vu évoluer d’un folk ample à un folk puissant avant d’incorporer des éléments plus psychédéliques. La trajectoire vers toujours plus de légèreté ne sera pas infléchie par ce troisième album.
    Les voix ne sont plus aussi typées, même si elles poussent encore parfois à l’unisson. On pense même (...)

  • Feist - Multitudes

    On n’a qu’une chance de faire une première bonne impression. C’est via un album soyeux qu’on écoute encore beaucoup 20 ans après qu’on a fait connaissance du talent tellement attachant de Leslie Feist et on n’a jamais décroché parce qu’elle ne nous a jamais déçus non plus.
    On n’a qu’une chance de faire une première bonne impression. Et c’est avec le délicieusement psychédélique In Lightning qu’elle revient (...)