Accueil > Critiques > 2012

Soap & Skin - Narrow

lundi 13 février 2012, par marc

Croisée des chemins


Comment passe-t-on le cap des 20 ans quand on a livré à 18 une œuvre comme Lovetune For Vacuum ? La question est sans doute ardue, et n’a pas été éludée par la talentueuse Anja Plaschg. La suite à son formidable album est donc un gros EP, ou un mini-album, ce qui n’est pas important dans le détail, mais permet de ne pas situer cette sortie en tant que ‘vrai’ album, dont elle n’a pas l’ampleur ou la cohérence.

Tout d’abord, nous n’allons pas résister à la tentation facile de comparer les pochettes. Dans les deux cas, on y voit l’artiste en portrait serré. Mais alors que l’ancienne mettait le visage dans la pénombre, Narrow est éclairée frontalement, sans artifice, comme pour montrer la volonté de ne plus se retrancher derrière une timidité adolescente. C’est aussi dans sa langue natale qu’elle nous accueille, ce qui est une bonne idée, et comme il est surtout question de ressenti, ce Vater est intense. Elle a l’air de mieux s’investir et comprendre ce qu’elle raconte.

Le contraste est donc assez marqué pour la curiosité de cet album, la reprise de Voyage Voyage. De Desireless, oui oui, et qui visiblement s’est hissé en haut du hit-parade autrichien à l’époque, antérieure à la naissance d’Anna. La chanson de base était visiblement bien écrite, et la mélodie tient encore la route après ce traitement plus dramatique, dans un premier degré qui impose l’excellence pour ne pas être du pastiche. Le piano y est plus torturé, et pourtant plus affirmé encore, et modéré par des cordes, avec des changements d’attitude, de l’adoucissement occasionnel. On savait que des artistes pouvaient rendre mièvres des beautés en les chantant comme Jessica Simpson (Birdie), on sait maintenant qu’on peut ressusciter de vieilles scies grâce à un (sombre) regard neuf.

Ce qui frappe aussi sur cet album, c’est que certaines pistes soient encore suivies, que le tri n’ait pas encore été fait, ce qui rend certaines transitions un peu difficiles à suivre. Parce qu’après un premier morceau en autrichien et une reprise en français, on n’a sans doute pas envie de la voir s’acharner à produire de la musique électronique torturée mais qui peine toujours à convaincre (le syndrome Zach Condon ?). Peut-être que l’avenir de cette filière passera par des collaborations, puisqu’elle était excellente sur le dernier album d’Apparat. Vous l’aurez compris, ce Deathmental n’est pas ce que j’ai préféré sur cet EP. En tout cas moins que quand elle mêle ces sons très synthétiques à son sens mélodique, rendant un simple ‘stay’ poignant (Boat Turns Towards The Port).

Le reste des 8 titres présentent de jolies choses comme Cradle Song ou Lost mais en moins viscéral. Sans doute qu’on attend d’elle une noirceur adolescente transcendée par un talent intransigeant, ce qu’elle n’est peut-être plus trop intéressée à nous donner. Elle accepte aussi l’aide des autres, sous forme de chœurs de Wonder.

On l’aura compris, ce Narrow n’est pas un gros jalon comme l’était son premier album, mais une sorte d’état des lieux de sa production, des pistes qu’elle explore encore avant de trouver le fil conducteur de la suite. Anna Plaschg est à la croisée des chemins, et s’engagera bientôt dans une tournée avec un ensemble (on en reparlera). On n’en sait peut-être pas plus sur la suite, mais on sait qu’on sera là.

http://soapandskin.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Soap & Skin - Narrow 15 février 2012 19:22, par Mmarsupilami

    Désolé, rien à voir avec l’album de Madame : n’y aurait-il pas un petit bug ? Je ne parviens pas à ouvrir l’article sur Shearwater...

    repondre message

  • Soap & Skin - Narrow 20 février 2012 13:06, par Pol

    J’aime toujours autant visiblement. Et cette reprise de Voyage Voyage me transporte réellement.

    repondre message

    • Soap & Skin - Narrow 20 février 2012 18:52, par Marc

      Il y a en effet de fort bonnes choses, mais j’attends plus de son prochain album. Qui ne tardera pas trop j’espère, trois ans pour livrer un EP (même de 8 titres), c’est un peu beaucoup...

      repondre message

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)