Accueil > Musique > 2012 > mmpsuf - Retina

mmpsuf - Retina

vendredi 17 février 2012, par Marc

Nappes baltes


Bien honnêtement, vous auriez pensé un jour aller chercher l’inspiration dans les artistes Baltes ? Pourtant, après la claque Alina Orlova, on savait qu’il y avait du bon en Lituanie. Confirmation avec ce duo qui pratique un genre assez éloigné du piano-voix d’émotion.

La réussite de ce genre de musique électronique mais à voix féminine (meilleure classification) tient à l’alchimie entre les deux éléments. Dans le cas qui nous occupe, on peut dire que l’ensemble fonctionne à plein, et que le résultat est hypnotique à souhait. Si vous avez aimé les délires folk electro organiques de Fursaxa et si vous voulez une idée de ce qu’aurait pu être le trip-hop s’il était né dans le nord à notre époque (The Winds), Mmpsuf est une découverte. Sans doute pas révolutionnaire, mais qui s’impose écoute après écoute comme un agréable compagnon de route, tout en hypnose et voix en couches (God’s Retina), passant comme un ressac entêtant, et pouvant passer sans lassitude plusieurs fois par jour dans des oreilles toujours curieuses.

La voix de la chanteuse est belle et traine un étrange accent (mais bon, on s’est habitués à Björk depuis plus de 15 ans). Pour rester dans les environs de la Baltique, j’ai pensé à Kristin Dreijer. On se dit alors qu’on pourrait voir Mmpsuf comme un The Knife champêtre, sans la très poussée recherche de sons. Et quand elle ne bénéficie que du support d’une guitare acoustique (The Rooms), elle se révèle plus ample, plus affirmée. J’aime ces voix qui savent qu’elles n’ont pas à en remettre des pelles pour séduire.

Si à ce stade de la lecture vous voulez en savoir plus, j’ai gardé la meilleure nouvelle pour la fin : cet album est disponible en téléchargement gratuit sur leur site. Alors, un peu sur ma faim après trente minutes de musique, je m’en suis allé télécharger leur première production. C’est ce que je vous conseille de faire aussi, même si le résultat est plus froid, éthéré et globalement moins fascinant. C’est donc en tant que supplément que je peux le recommander. Parce que ce Retina est plus abouti, et ce groupe venu de nulle part est une de mes découvertes de ce début d’année.

http://www.mmpsuf.lt/
http://www.myspace.com/mmpsufmusic

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)