Accueil > Critiques > 2012

The Decemberists - We All Raise Our Voices to the Air

mercredi 21 mars 2012, par marc


D’une manière générale, je ne suis pas trop à plaindre, j’ai pu voir beaucoup des groupes qui me plaisent en concert. Du moins ceux qui existent encore. Exception à la règle, les Decemberists, alors que j’ai passé un peu de temps pas trop loin de leur ville d’origine. Mais ils ne sont pas avares en publications de performances. Après une itunes session il y a quelques mois, voici rien de moins qu’un double album.

Les Decemberists ont pour particularité de produire des albums cohérents, quand ce ne sont pas carrément des concept-albums. Une setlist qui les lit en diagonale ne permet évidemment pas de montrer cet aspect, mais peut faire goûter un peu de tout. Comme suis moins familier de ce qu’ils ont produit avant The Crane Wife, j’ai redécouvert avec plaisir The Mariner’s Revenge ou le toujours formidable We Both Go Down Together.

Mais ils sont revenus sur leur dernier album et l’EP qui le prolonge à une musique moins influencée par les traditions narratives du folk pour un americana classique souvent magnifié par une écriture très soignée, qui a des allures de classique (Rox In The Box , June Hymn) et qu’ils mêlent d’un souffle épique (This Is Why We Fight). D’une manière générale, ils laissent respirer leurs morceaux (The Bagman’s Gambit), ne les compactant pas mais ne les étirant pas non plus inutilement. Pas nécessaire en effet de rallonger The Crane Wife, dont les trois parties sont rassemblées ici. A part un inévitable ventre mou sur la deuxième, cette tranche d’un quart d’heure de musique passe toute seule. Et le part 1 est quand même fantastique.

Je n’aime pas qu’on essaie de me faire chanter ou frapper dans les mains pendant un concert, mais ici ça contribue pas mal à l’ambiance d’un Billy Liar, et sans doute que les moments crétins de yodle à la fin The Rake’s Song passent mieux en direct. Et puis la bande de Colin Melloy a un certain humour, n’hésitant pas à parler de « La pire chanson que j’aie écrite de ma vie entière » pour Dracula’s Daughter, accolée au très bon O Valencia.

J’aime toujours les concerts, et une dose minimale annuelle m’est nécessaire. Les albums live par contre, ce sont plutôt d’agréables pauses dans les écoutes de nouveautés. S’il devait me convaincre que j’aimerais voir les Decemberists en concert, on peut dire que ce double album a réussi sa mission.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange (...)

  • Shearwater - Rook (mostly) solo in London, 2018

    On ne peut pas vraiment dire que Jonathan Meiburg soit quelqu’un de vénal. Il a même dû faire appel à l’équipe pour boucler la tournée des excellents Loma. Donc, s’il multiplie les sorties, ce n’est pas pour occuper le terrain. De plus, les bénéfices des ventes (en numérique et sur Bandcamp exclusivement) iront à l’International Rescue Committee qui soutient et défend les réfugiés partout dans le monde. A (...)

  • The National - Boxer Live In Brussels

    Quand une critique tarde, ce n’est pas trop grave, l’album a une certaine durée de vie et la disparition presque complète de ce qu’on a appelé la blogosphère musicale rend encore moins impérieux le besoin de publier vite. Si on essaie de se conformer tant bien que mal au calendrier des sorties, on n’y colle pas au jour près. Par contre, une fois passé le lendemain d’un concert, on estime que c’est trop (...)

  • Shearwater - The Sky Is A Blank Screen

    S’il est une chose qu’on ne pourra pas reprocher à Shearwater, c’est celle de ne pas occuper le terrain. Depuis leur album Jet Plane and Oxbow de l’an passé, on a en effet eu droit à deux sorties virtuelles d’anciens concerts et une reprise intégrale du Lodger de David Bowie. Et maintenant sort ce live qui témoigne de la pertinence de leurs prestations publiques. Espérons que cette politique soit (...)