Accueil > Musique > 2012 > Will Stratton - Post-Empire

Will Stratton - Post-Empire

lundi 23 avril 2012, par Marc

Sinuosités


Une blague courante dans les années ‘’60 voulait qu’il fallait 5 chanteurs folk pour changer une ampoule. Un pour la remplacer et quatre pour dire que c’était mieux avant. Cet immobilisme n’a vraiment plus cours, et les limites du genre ont bel et bien explosé, sous les coups de boutoir de groupes comme Animal Collective ou Grizzly Bear, et tant d’autres qui ont utilisé tous leurs moyens pour ne pas sonner feu-de-camp, voire carrément remettre au goût du jour des formes intemporelles (Fleet Foxes).

On pense d’ailleurs à la bande des ours grizzlys (et à Department Of Eagles) pour les intrusions de guitare dès le premier morceau You Divers. Pourtant, ce n’est pas dans cette mouvance qu’il convient de placer Will Stratton. Le jeune protégé de Sufjan Stevens ne partage pas avec son ami le goût de la luxuriance, mais pratique un mélange moins joli est plus âpre de prime abord.

Les mélodies semblent comme instables, prêtes à basculer à tout moment, métastables dans leur réalisation (Where Do I Begin ?). Ce n’est donc pas toujours limpide (At The Table Of The Styx), mais très personnel et très moderne. La singularité de son son est à chercher dans la conjonction d’un picking virtuose (If You Wait Long Enough) et d’un violon en nappes. Il arrive à en dégager une intensité remarquable (Colt New Marine, fantastique, Post-Empire), où la superposition des couches n’est pas un artifice (You Divers). En termes de filiation, je pencherais plutôt du côté de Fink, assez différent formellement, mais maitre dans l’installation d’un climat particulier à base d’éléments classiques.

Pourtant, cette modernité prend racine dans une tradition bien établie, et il se dit fort influencé par Nick Drake. C’est plus manifeste quand la voix se fait plus douce (The Relatively Fair), mais le talent de guitariste est assez flagrant également, rappelant cet autre émule qu’était José González.

Quand un garçon de 25 ans sort un quatrième album avec une personnalité pareille, avec des traits caractéristiques ne tournant jamais au procédé, on sait qu’on vient de découvrir un talent à suivre. Certes, ce Post-empire est parfois tortueux, mais on sent qu’on doit suivre ses sinuosités, qui souvent arrivent à trouver l’équilibre entre épaisseur, aridité et douceur.

http://talitres.bigcartel.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)