Accueil > Musique > 2012 > Moonface - With Siinai : Heartbreaking Bravery

Moonface - With Siinai : Heartbreaking Bravery

lundi 16 avril 2012, par Marc

Compagnons de jeu


Un des paradoxes de notre époque où il n’a jamais été aussi facile de diffuser de la musique est qu’il peut se passer un grand intervalle entre les publications des artistes. Certains cependant profitent de ce système pour être plus productifs que jamais. Evidemment, pour ne pas que l’intérêt se dilue, il faut que le talent soit là. La quantité et la qualité n’ont jamais fait défaut à Spencer Krug. Que ce soit avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake ou Moonface, on n’a jamais été déçu, avec quelques très bonnes surprises à la clé.

Sorti l’an passé dans une discrétion assez étrange, le premier album de Moonface montrait encore une autre facette du talent du Montréalais d’adoption. En 5 morceaux parfois complaisants mais toujours amples, il profitait de sa liberté pour nous donner un des meilleurs morceaux de 2011 (Song Instead of a Kiss). Première constatation, il y a deux fois plus de morceaux ici. Et, surprise, on ne retrouve pas nécessairement le panache fou de ses exercices précédents, mais une profondeur noire qui m’a plu dès la première écoute.

Même on sait qu’il y a une base à tout ce que fait Spencer Krug. Une façon de chanter, de donner la pulsation par le clavier. Pas d’envolée ici, pas de délires étirés, mais il arrive à greffer un supplément d’âme à presque tous les morceaux. Moonface semblait au début un entrainement, un terrain d’expérimentation. Tout comme Sunset Rubdown, le projet solo s’est mué en collaboration fructueuse.

Bâti sur les cendres encore chaudes de Joensuu 1685 qui avait tourné avec Wolf Parade, Siinai est une formation d’Helsinki qu’on a parfois qualifié de ‘progressive kraut rock’. Si vous ajoutez à cette propension à la construction patiente de boucles le goût direct de Krug, il y a un risque de ne pas aller dans la même direction. Mais cette crainte s’estompe vite. On le sent dès Yesterday’s Fire (véritable début de l’album après une intro plus terne) et dans le prolongement Shitty City qui sort ses beats pour plus de puissance. Il en résultera plus tard de l’intensité sur le très direct I’m Not The Phoenix Yet ou la magnifique fin crépusculaire de Lay Your Cheek On Down. Un grand moment de lourdeur (dans l’acception positive du terme), lancinant et dense comme un boding. On se rappelle alors qu’on avait fondu il y a 7 ans pour Same Ghost Every Night, pour des raisons de résonance similaires, pour cette vibration qui se superpose à la nôtre.

Spencer Krug a toujours eu le chic de bien s’entourer. Il est allé jusqu’en Finlande pour trouver des compagnons de jeu pour un exercice libre sur les peines de cœur. Les partenaires se complètent bien, et conjuguent noirceur et fougue. Ne perdons jamais Spencer de vue.

https://scdistribution.com/moonface/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • J’avais tellement aimé le précédent album que ta chronique, c’est un peu comme l’ultime glaçon qui, tombé dans le verre du capitaine, fut finalement déterminant pour entraîner le Titanic vers le fond. Demain, promis, je reviens avec un pitch un poil plus élaboré. On y verra Spencer Krug jouer une version kraut de "Plus près de toi mon Dieu" constituée de boucles infinies...

    Voir en ligne : mmarsupilami

    repondre message

  • Moonface - With Siinai : Heartbreaking Bravery 19 avril 2012 18:36, par Mathusalem

    C’est lourd, c’est moite, c’est sombre, c’est quasi visqueux et on penserait presque s’y engluer...Jusqu’à ce que surviennent, parfois, quelques puissantes envolées lyriques, quasi épiques ....Et c’est bien... Cet album a un potentiel émotionnel énorme.

    repondre message

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)