Accueil > Musique > 2012 > Joy As A Toy - Dead As a Dodo

Joy As A Toy - Dead As a Dodo

vendredi 27 avril 2012, par Marc

Même pas peur !


Pour un non-spécialiste comme moi qui ne dévore pas les films de zombies (un peu plus client des vampires, allez savoir pourquoi…), c’est encore une immersion dans un monde étrange. Donc si vous êtes un familier du BIFFF, la connivence sera plus facile. D’ailleurs, ce n’est évidemment pas un hasard si l’idée de cet album a germé lors de la Zombiff Night, organisée en marge du festival par leur label Cheap Satanism. Le trio, appuyé par Pierre Vervloesem (mixeur légendaire des premiers dEUS) à la basse, avait déployé synthétiseurs analogiques et samplers pour revisiter des musiques de films de Dario Argento (maître de l’épouvante vintage). L’impact sur le public les a encouragés à entériner par un album cette séance de défoulement.

La transition est facile, puisque c’est à peu de choses près ce qui était arrivé à 65 Days Of Static l’an passé. Et on retrouve pas mal de similitudes dans le résultat, dans cette musique instrumentale ne ressemblant ni à une BO ni à du post-rock. De même, presque tout est musclé (Successful Failure) sans que de bruyantes guitares ne soient mises à contribution. Fort heureusement, s’il s’agit d’une musique de niche (avec hurlements et tout et tout), ce sont de bons musiciens qui maitrisent leur sujet. Ce qui ne rend pas la plage titulaire très sympathique pour les nerfs, mais c’est sans doute un effet voulu, qui peut se passer du support visuel pour produire son effet.

Si je suis assez client de ce qu’avait fait Joy As A Toy sur son album Valparaiso, mêlant une forme rigoureuse et une fantaisie indéniable, cet exercice fort loin de mon camp de base m’a un peu laissé sur le côté. Sans doute que la connaissance des morceaux initiaux aide beaucoup à l’appréciation. Si vous avez l’esprit aventureux ou si l’exercice vous plait sur le papier, je vous encourage donc à découvrir cet exercice en roue libre mais à la rigueur préservée. Pour les autres, découvrez l’album en priorité.

http://www.cheapsatanism.com/?page_id=17&lang=fr

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)