Accueil > Critiques > 2012

Joy As A Toy - Dead As a Dodo

vendredi 27 avril 2012, par Marc

Même pas peur !


Pour un non-spécialiste comme moi qui ne dévore pas les films de zombies (un peu plus client des vampires, allez savoir pourquoi…), c’est encore une immersion dans un monde étrange. Donc si vous êtes un familier du BIFFF, la connivence sera plus facile. D’ailleurs, ce n’est évidemment pas un hasard si l’idée de cet album a germé lors de la Zombiff Night, organisée en marge du festival par leur label Cheap Satanism. Le trio, appuyé par Pierre Vervloesem (mixeur légendaire des premiers dEUS) à la basse, avait déployé synthétiseurs analogiques et samplers pour revisiter des musiques de films de Dario Argento (maître de l’épouvante vintage). L’impact sur le public les a encouragés à entériner par un album cette séance de défoulement.

La transition est facile, puisque c’est à peu de choses près ce qui était arrivé à 65 Days Of Static l’an passé. Et on retrouve pas mal de similitudes dans le résultat, dans cette musique instrumentale ne ressemblant ni à une BO ni à du post-rock. De même, presque tout est musclé (Successful Failure) sans que de bruyantes guitares ne soient mises à contribution. Fort heureusement, s’il s’agit d’une musique de niche (avec hurlements et tout et tout), ce sont de bons musiciens qui maitrisent leur sujet. Ce qui ne rend pas la plage titulaire très sympathique pour les nerfs, mais c’est sans doute un effet voulu, qui peut se passer du support visuel pour produire son effet.

Si je suis assez client de ce qu’avait fait Joy As A Toy sur son album Valparaiso, mêlant une forme rigoureuse et une fantaisie indéniable, cet exercice fort loin de mon camp de base m’a un peu laissé sur le côté. Sans doute que la connaissance des morceaux initiaux aide beaucoup à l’appréciation. Si vous avez l’esprit aventureux ou si l’exercice vous plait sur le papier, je vous encourage donc à découvrir cet exercice en roue libre mais à la rigueur préservée. Pour les autres, découvrez l’album en priorité.

http://www.cheapsatanism.com/?page_id=17&lang=fr

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)