Accueil > Critiques > 2012

Bee And Flower - Suspensions

jeudi 17 mai 2012, par marc

Langueur des nineties


Parmi les titres de gloire que je pourrais mettre à mon cv de scribouillard musical, il y aurait l’écriture systématique d’une critique pour toutes les productions du label bruxellois Cheap Satanism Records. Ce qui a contribué à mon ouverture musicale, et m’a au passage permis quelques découvertes. Cette fois, j’avais été alléché par deux titres d’un Split EP paru il y a peu, belle occasion de donner envie de picorer dans les sorties futures.

Les deux titres sont présents ici, et donnent une idée partielle mais fidèle de ce qu’on peut en attendre. Jackson reste vénéneux et prend même un certain relief, et est sans conteste un des meilleurs morceaux, un de ceux qui restent en tête le plus facilement, où le mélange de guitares un peu râpeuses et d’une voix sensuelle est le plus réussi. You’re Not the Sun illustre quant à lui leur versant plus torturé. Mais on est loin des standards du label.

Il faut cependant plus de deux exemples pour faire le tour de ce Suspension, qui est baigné d’une certaine ambiance nineties. La voix de la New-Yorkaise Dana Schechter est à l’avant-scène, et je me suis parfois surpris à penser à de vieux Garbage, même s’il y a plus de personnalité dans cet organe-ci. Pour reprendre une comparaison facile, connue et d’époque, on est plutôt dans la phase de PJ Harvey après ses deux premiers albums

Ils arrivent à maitriser la lenteur d’Overrun, mais cette langueur n’est pas toujours aussi prenante (Simple Life, It’s the Rain), et dépendra aussi de votre humeur. Ainsi, j’ai à de nombreuses reprises apprécié Feed The Body, mais pas toujours. Pour relever la sauce, ils ne crachent pas sur un petit renfort de cuivres pour plomber en tout bien tout honneur Swallow Your Stars dans les règles de l’art. Et si ça ne suffit pas, un peu de violon fera l’affaire sur Hollow Weight ou le bon In The Dawn And Dusk. Vous l’aurez compris, ils savent varier les procédés et les effets qui en découlent.

Les productions de Cheap Satanism se distinguent souvent par un côté sataniste rigolard de bon aloi. Mais les exceptions sont courantes. On a déjà parlé de la pop rigolarde de Trike ou de la math-pop décomplexée de Joy As A Toy, on a maintenant le rock alternatif (dans l’acception des nineties, c’est-à dire un peu âpre mais aussi très accessible) alangui de Bee And Flower qui peut compter sur une voix très mature pour faire la différence.

http://beeandflower.com/
http://www.cheapsatanism.com/?page_id=17&lang=fr

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Islands – What Occurs

    Kate Nash, Menomena, The Decemberists et maintenant Islands avant bientôt Bright Eyes, il faut se pincer pour ne pas se sentir quinze and en arrière. Mais bon, comme ce sont de bons souvenirs et que tout le monde est dans une forme créative manifeste, on ne va pas bouder son plaisir.
    Dans le cas du groupe Canadien, ce n’est pas exactement un retour vu qu’ils sont dans une période plutôt (...)

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)