Accueil > Musique > 2012 > Slow Parades - Love Me To Death

Slow Parades - Love Me To Death

lundi 28 mai 2012, par Marc

Le plaisir de l’évanescence


Y a-t-il une part de déterminisme à toujours écouter les mêmes genres, à tourner en rond dans un pré carré ? Je n’en sais trop rien, mais même si la découverte d’un groupe me met toujours dans un état de mélancolie léger, je dois dire que j’en redemande.

Se laisser porter, lancer un album sans presque rien en connaitre, parce que le nom du groupe inspire, parce que la pochette est chouette. Et puis entendre Daily News, s’empêcher de penser à tous les autres groupes qui font pareil, parce que tout simplement on est là pour cet instant, et qu’on savoure d’avance le plaisir simple de faire passer le tuyau, d’écrire un article pareil à plein d’autres, inclure son morceau sur une compilation et elle aussi la faire tourner.

Ce duo composé d’anciens membres de The 1900’s (inconnus de mon bataillon) compose et joue de la musique légère, comme peut en faire Vetiver, de celles qui sont si faciles à écouter et tellement compliquées à commenter, parce qu’elles ne sont pas riches d’évocations sombres ou n’ont pas un énorme vécu avec nous. Je veux dire que pour certains groupes, il y a trois paragraphes prêts dans la tête, et puis pour d’autres, il va falloir suer de semaines, palper pendant longtemps la carapace lisse avant de trouver un point d’accroche. Ou ne pas trouver, mais en chemin noter la proximité d’artistes comme Jonathan Wilson ou Wilco, et encore plus admirer la propension de ces derniers à transcender le genre.

On présente ça comme une relecture du country-rock. A part un peu de slide placée là dans un but purement planant, ce n’est vraiment pas de la musique pour bottes à franges. Et s’il y a un peu de peu de soli apaisés, on est plus sensibles à leur façon de trousser une balade ou une intro au piano, et on préfère leur sens du chorus discret (Digital Madness) à leur occasionnelle volonté de jouer un peu plus fort (Bail Me Out).

Ecrire sur de l’air n’est pas toujours gratifiant. Le lire non plus, sans doute, mais vous aurez compris que j’ai pris un plaisir simple et volatil à l’écoute de cet album. Sans doute que c’est un effet de l’âge, mais j’apprécie de plus en plus ces petits bonbons fondants, et je ne conçois plus de honte à apprécier ce soft-rock soyeux. N’essayons cependant pas de survendre ce genre d’albums, qui ne reste pas en mémoire et dont on ne profite que sur l’instant. Mais bon, j’imagine qu’arrivés ici, vous l’avez compris et savez déjà si vous voulez en savoir plus.

http://slowparades.bandcamp.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)