Accueil > Musique > 2012 > Slow Parades - Love Me To Death

Slow Parades - Love Me To Death

lundi 28 mai 2012, par Marc

Le plaisir de l’évanescence


Y a-t-il une part de déterminisme à toujours écouter les mêmes genres, à tourner en rond dans un pré carré ? Je n’en sais trop rien, mais même si la découverte d’un groupe me met toujours dans un état de mélancolie léger, je dois dire que j’en redemande.

Se laisser porter, lancer un album sans presque rien en connaitre, parce que le nom du groupe inspire, parce que la pochette est chouette. Et puis entendre Daily News, s’empêcher de penser à tous les autres groupes qui font pareil, parce que tout simplement on est là pour cet instant, et qu’on savoure d’avance le plaisir simple de faire passer le tuyau, d’écrire un article pareil à plein d’autres, inclure son morceau sur une compilation et elle aussi la faire tourner.

Ce duo composé d’anciens membres de The 1900’s (inconnus de mon bataillon) compose et joue de la musique légère, comme peut en faire Vetiver, de celles qui sont si faciles à écouter et tellement compliquées à commenter, parce qu’elles ne sont pas riches d’évocations sombres ou n’ont pas un énorme vécu avec nous. Je veux dire que pour certains groupes, il y a trois paragraphes prêts dans la tête, et puis pour d’autres, il va falloir suer de semaines, palper pendant longtemps la carapace lisse avant de trouver un point d’accroche. Ou ne pas trouver, mais en chemin noter la proximité d’artistes comme Jonathan Wilson ou Wilco, et encore plus admirer la propension de ces derniers à transcender le genre.

On présente ça comme une relecture du country-rock. A part un peu de slide placée là dans un but purement planant, ce n’est vraiment pas de la musique pour bottes à franges. Et s’il y a un peu de peu de soli apaisés, on est plus sensibles à leur façon de trousser une balade ou une intro au piano, et on préfère leur sens du chorus discret (Digital Madness) à leur occasionnelle volonté de jouer un peu plus fort (Bail Me Out).

Ecrire sur de l’air n’est pas toujours gratifiant. Le lire non plus, sans doute, mais vous aurez compris que j’ai pris un plaisir simple et volatil à l’écoute de cet album. Sans doute que c’est un effet de l’âge, mais j’apprécie de plus en plus ces petits bonbons fondants, et je ne conçois plus de honte à apprécier ce soft-rock soyeux. N’essayons cependant pas de survendre ce genre d’albums, qui ne reste pas en mémoire et dont on ne profite que sur l’instant. Mais bon, j’imagine qu’arrivés ici, vous l’avez compris et savez déjà si vous voulez en savoir plus.

http://slowparades.bandcamp.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)