Accueil > Critiques > 2012

Conor Oberst and The Mystic Valley Band - One Of My Kind

vendredi 1er juin 2012, par marc

Des nouvelles


On écoutera Conor Oberst à perpète parce qu’il a pu réussir la pop électronique symphonique de I Believe In Symmetry, la rageuse protest-song When The President Talks to God ou la douceur émouvante de The First Day Of My Life. Ceci explique pourquoi on écoute tout de même cet album un peu improbable. Improbable parce qu’il s’agit d’une collection de faces ‘b’ des sessions d’un album qu’on n’a pas apprécié plus que ça, et fournie pour appuyer la sortie d’un dvd relatant la tournée dudit groupe.

Rien de bien alléchant à priori, même si pour avoir déjà vu Conor Obest deux fois en concert avec Bright Eyes, c’est du très haut-de-gamme. Evidemment, on a ces morceaux un peu standard, un peu trop entendus (Central City), ou juste neuneu (Phil’s Song). D’autres personnes chantent, ce qui était déjà le cas sur l’album. Ce n’est pas un simple caprice, d’accord, mais l’intérêt chute immédiatement d’un cran ou deux. Il y a une rage, une urgence chez Conor Oberst, on sent la tempête de crâne.

Ce qui fait que comme sur presque toutes les parutions de son abondante discographie, il y a des morceaux formidables. Cette fournée-ci en compte quelques-unes. Tout d’abord quand Synesthete Song part bien (mélodie toujours intime, guitare qui gronde dans la pièce d’à-côté) et s’emballe et s’épaissit avec fureur et passion. Ensuite, il peut gentiment enchainer sur une balade tout en simplicité qui fait mouche (Breezy). Ce garçon a du talent. C’est une évidence qui a tourné au cliché, donc on est contents d’en avoir la preuve.

On identifie tout de suite des reprises de classiques. Enfin, toute chanson de Bob Dylan, même un peu moins connue peut revendiquer ce statut. Corina, Corina est logiquement différente de ce qu’a pu en faire Jeronimo. Les fans du Zim’ sont donc nombreux et éclectiques, mais on le savait. Kodachrome n’a pas l’air d’être une reprise du morceau de Simon and Garfunkel par contre.

Ne crions pas au chef-d’œuvre, ce serait carrément déplacé. Mais quand on constate une augmentation du plaisir d’écoute il faut le dire aussi, même s’il s’agit d’une collection d’épluchures d’un album qui n’avait pas fasciné, Oberst arrive toujours à passer la surmultipliée. Et puis, on est simplement content d’avoir de ses nouvelles.

http://www.conoroberst.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)