Accueil > Critiques > 2012

Lissy Trullie - Lissy Trullie

lundi 4 juin 2012, par marc

Courte blonde


Même si on sait que comparaison n’est pas raison, qu’écrire un article sur une artiste qu’on découvre en se basant sur des références pas toujours transparentes, on n’y peut rien, des noms viennent immédiatement en tête. Sans doute que notre esprit est fait comme ça, mais ça peut parfois polluer une écoute sereine. Ou alors, raviver un souvenir agréable. Et quand le groupe auquel on pense a splitté il y a quelques années (juste après la sortie de Singles), une petite giclée de nostalgie vient pimenter le tout.

C’est l’allant des Long Blondes que j’ai retrouvé ici. Parfois de façon très littérale quand on retrouve les mêmes intonations et le même groove sautillant sur It’s Only You, Isn’t It ?, mais aussi de façon plus allusive, et dans la manière d’apposer plusieurs styles. On retrouve ainsi de l’ampleur dès l’entame l’album, mais aussi un peu de balade rêveuse sur brouillard de guitare (Madeline) ou des morceaux qui reposent presque entièrement sur leur rythme (Heart Sound, You Bleed You). La vitesse de croisière n’empêche cependant pas un décrochage occasionnel (Caring).

Cette présence de fougue et d’épaisseur de son fonctionne en tout cas (Glass Mountains), une certaine ardeur juvénile empêche toute dérive pompière, et lui permet d’aller sans vergogne lorgner du côté des Kills (X-red). Le rock de Lissy est aussi un peu teinté d’eighties mais n’est pas poussé jusqu’à la pathologie déjà évoquée. On la détecte au détour d’une basse avec un soupçon de flange et de reverb’ (I Know Where You Sleep)

Peut-être que David Sitek n’est plus le magicien qu’il a pu être, mais le guitariste de Tv On The Radio reste un producteur pertinent. Il serait sans doute intéressant d’aller vérifier en concert comment ces morceaux se défendent, parce que cet album direct et accessible est prometteur, et il existe une génération de jeunes artistes (avec une Alex Winston par exemple) à suivre avec attention.

http://trullie.com/
http://www.myspace.com/lissytrullie

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)