Accueil > Musique > 2012 > Mount Eerie - Clear Moon

Mount Eerie - Clear Moon

vendredi 15 juin 2012, par Marc


Il faudrait peut-être créer une section spéciale pour ces artistes singuliers, qui traitent la mélancolie comme une matière première solide, qui peut prendre des formes différentes. Je vais donc vous présenter un nouveau chanteur un peu plaintif de l’état de Washington, qui s’inscrit comme peu dans les tendances de l’époque.

C’est important un premier morceau, ça permet à l’auditeur de prendre ses marques, et à Phil Elverum de déclarer ses intentions, avec ou sans douceur. Cette entrée en matière est bien engageante, avec un morceau acoustique qui évoque l’impeccable mélancolie de groupes comme Marble Sounds ou Gravenhurst, avec en sus une voix féminine en appui. Ce que nous dit ce premier morceau, c’est qu’on va entendre des chansons, que sous les couches de son qui vont se succéder, il y a une écriture traditionnelle, que la voix n’est pas un gadget remis en bout de processus de composition.

Cette introduction est utile, parce que la suite sera plus déviante, s’éloignant du feu de camp pour avancer franchement dans les bois, hors des sentiers. Mais pas trop loin quand même. The Place Lives présente quelques similitudes avec le premier morceau. La voix par exemple, reste aussi discrète et mélodique, alors qu’autour d’elle tout a changé, qu’une lourde tension qui tient plus du post-rock a pris les choses en main. En deux morceau, le spectre est balayé, et l’ampleur est impressionnante.

Comme souvent lorsqu’il s’agit de définir un artiste qu’on découvre, on se prête au jeu facile des évocations, qui peuvent varier de morceau en morceau. On pense parfois à ce que Gravenhurst pourrait faire s’il abandonnait la guitare, ou alors une version atmosphérique de Loney, Dear, voire encore du Dead Can Dance post-moderne (Over Dark Water), Clear Moon se rapprochant plus de la sculpture sur son de This Will Destroy You. House Shape est quant à lui ce qu’aurait pu faire My Bloody Valentine s’ils n’avaient pas eu pour préoccupation principale de martyriser des amplis. De plus, il ne s’empêche pas une certaine pulsation (House Shape), ou des chœurs suspendus comme Au Revoir Simone (The Place I Live). Le risque, c’est qu’un morceau chute par perte de vitesse. Mais le garçon est malin, et c’est là qu’il sort de sa manche des cuivres traficotés sur Lone Bell. Quand on pense qu’il y a un autre album prévu cette année (Ocean’s Roar), on se dit qu’on n’est pas au bout de nos comparaisons approximatives.

Certaines personnes perçoivent mieux que d’autres l’air du temps. D’autres se cantonnent à le suivre. Il est très difficile de dire comment cette émanation de 2012 va résister au temps, mais bien honnêtement c’est une question secondaire, parce que cette propension à mêler une recherche sur les textures sonores à une écriture finalement assez classique est symptomatique de cette époque qui pense que le salut viendra par le son, sonnant peut-être le glas de ceux qui misent encore tout sur la tension et sa décharge en travaillant le son à l’ancienne. C’est toi que je regarde, post-rock. La musique est aussi affaire d’évocations et cet album pourra séduire. Sans doute moins pour son assemblage que pour l’ambiance générale qui s’en dégage, assez rêveuse et intense à la fois.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Mount Eerie - Clear Moon 15 juin 2012 10:05, par nico

    Loney Dear et This Will Destroy You dans la même phrase, suprenant ! Et intriguant et intéressant surtout, je vais écouter ça :)

    A l’écoute du premier morceau, je peux déjà dire merci pour cette découverte (et pour le site en général évidemment, c’est toujours un plaisir de lire vos critiques (mais où sont passés les autres rédacteurs ?))

    repondre message

    • Mount Eerie - Clear Moon 16 juin 2012 17:31, par Marc

      C’est un groupe intrigant en tous cas.

      Plaisir de découvrir, plaisir de partager !

      Les autres rédacteurs s’occupent de leur vraie vie, ils reviendront...

      repondre message

  • Mount Eerie - Clear Moon 2 août 2012 22:31, par Thierry

    Bonsoir Marc, Merci pour ton message (le 1er !) sur [MST]. Je m’apprêtais justement à te contacter car je souhaitais te demander si tu accepterais que je pointe régulièrement vers tes chroniques.
    Je les lis en effet régulièrement (j’ai découvert "Mes critiques" par l’intermédiaire de notre ami tout jaune et bondissant) depuis déjà quelques temps. Je pense même déjà avoir laissé quelques mots de commentaires, pas toujours très constructifs.
    Comme tu fonctionnes avec des "notes" également, n’hésite en tout cas pas à venir les reporter sur [MST] (le barême est sur 20 points) si tu le souhaites et si tu en as le temps.
    Enfin, puis-je mettre Mes critiques dans les liens "amis" ?
    Bonne soirée !

    Voir en ligne : Bonsoir Marc,

    repondre message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)