Accueil > Musique > 2004 > The Veils : The Runaway Found

The Veils : The Runaway Found

vendredi 11 août 2006, par Marc


On met le disque dans la platine et on se demande où on a déjà entendu ça. Chez les Smiths ? Echo and the Bunnymen (le premier titre est mélodiquement très proche du groupe de Ian Mac Culloch) ?. Non, tout simplement, ce sont les écoutes successives qui ont rendu cet album si familier, si proche en si peu de temps. Ne le cachons pas plus longtemps, cet album est avec celui de Franz Ferdinand une des toutes bonnes surprises de ce début d’année.

Issu de la personnalité de son leader et de son acharnement (les déboires sans fin avant la sortie), il apporte de la fraîcheur où on n’osait plus en entendre, dans un rock inspiré et intense. C’est peut-être un cliché, mais bon, si vous avez eu l’occasion d’entendre Lavinia, vous savez de quoi je veux parler. Un début langoureux comme il y en a finalement tant. Déjà la voix étonne, éraillée et aiguë à la fois. Les cordes sont un peu romantiques mais le meilleur est pour plus tard, une montée pas baroque pour un sou, des effets pas trop téléphonés permettant à l’émotion de se déployer avec toute sa force.

Puis on passe à autre chose, et on constate au fur et à mesure de l’écoute que chaque titre a sa personnalité propre et que l’ensemble révèle une vraie personnalité. Ce qui, fait, que, déjà, on pense au futur. Car toute cette consistance n’est pas le fait du hasard, d’un état de grâce passager. Si le sillon des sentiments forts (la révolte de More heat than light) peut être maintenu, on a peut-être un grand nom. Ou pas, alors on réécoute l’album, pour replonger encore une fois aux arpèges et à la basse de The leavers dance. Si U2 n’est pas nécessairement un gros mot pour vous qui connaissez The unforgettable fire, alors vous savez que vous allez trouver sur ce titre une joie sans fin.

Voilà, plein d’écoutes me confirment que 2004 ne sera pas une mauvaise année. On réécoutera ce The Runaway found comme on réécoute Grace de Jeff Buckley, pour se blottir contre la grâce absolue. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)