Accueil > Critiques > 2012

Gossip - A Joyful Noise

mardi 19 juin 2012, par marc

On protège le score


Pourquoi aime-t-on tant chez Beth Ditto ce qu’on regarde un peu de haut ailleurs comme de la musique de feu rouge ? Sans doute le charisme vocal est-il pour quelque chose (elle peut s’en sortir d’un simple woohohooo), et puis il y a cette sensation de liberté, cette indépendance qu’on devine, l’urgence, la transpiration, un hédonisme pour prendre sa revanche sur la vie. Il n’en a pas fallu plus pour que NME les bombarde “The greatest punk rock’n’roll disco soul band on the planet”. Mais on sait que la retenue n’est pas la qualité première de cette publication.

A la première écoute, on avait tout de suite deviné que Heavy Cross serait un morceau marquant, même s’il n’était pas un single à l’époque. Cet album a été composé et enregistré dans un contexte de succès (1 million de Music For Men vendus tout de même) et se devait d’avoir un candidat ou l’autre. Il ne faut pas voir d’autre explication à Perfect World, qui est sans doute le ‘tube pour la radio’. Pour le ‘tube pour le dancefloor’, il faudra sans doute regarder ailleurs, sans doute du côté du plus electro Get A Job qu’on imagine en terrain de jeu pour remixeurs de toutes obédiences.

Gossip est dans la logique du single, et ce sont quelques tueries qui les ont rendus célèbres, mais si on veut garder une certaine crédibilité (critique notamment), il faut soigner les albums, ne pas proposer de simples remplissages entre les morceaux que tout le monde vient à connaitre. Ce qu’on entend ce sont des chansons, de vraies, mais rendues occasionnellement bombastiques par un sens du groove hors normes. Qu’on soit clair, Gossip ne loupe jamais un morceau, la voix et la conviction de Beth Ditto emportent souvent la mise, mais il faut aussi être honnêtes, cette conviction passe moins bien la rampe sur un tempo moyen. La voix peut se le permettre, mais les morceaux manquent un peu d’enjeu. Casualties of War ou Horns sont donc logiquement moins passionnants, empêchant l’album d’être emballant de bout en bout. Par contre, un peu d’énergie permet à Move In The Right Direction de tenir la route.

Ce n’est pas fréquent pour moi de m’attaquer à un album à fort potentiel commercial. Mais il ne faut pas snober leur succès. Entendre la voix de Beth Ditto est souvent une bénédiction dans les endroits où on n’est pas responsables de la programmation, dans la vraie vie hors de chez soi. Comme souvent d’ailleurs, cette musique perd un peu à être jouée à faible volume sur le son compressé d’une radio. Et puis quand on voit l’évolution de Coldplay avec qui ils partagent les plaines de festivals (on les verra à Werchter, on en reparle), le trio de Portland tient assez bien le cap. Comme j’ai un peu de mal à boucler mes articles ces derniers temps, je vais emprunter au champ lexical footballistique qui colle un peu à l’actualité. Je pourrai donc céder à la facilité et comparer Gossip à une équipe qui a marqué et protège le score, sans panache excessif mais sans envoyer le ballon dans les tribunes non plus.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)