Accueil > Critiques > 2012

Regina Spektor - What We Saw From The Cheap Seats

mercredi 27 juin 2012, par marc

Faux départ


Qui m’aime me suive, c’est un peu ce que les premiers morceaux de cet album semblent dire, parce que le découragement pourra guetter l’amateur. L’album est en effet étrangement séquencé puisque les morceaux qui ne feront pas l’unanimité sont placés au début. Tout commence plutôt bien pourtant, avec un Small Town Moon qui est une sorte de résumé de son style, passant d’une classique balade piano/voix pour prendre quelques virages plus serrés. Comme on était restés sur l’excellente impression de Far qui la montrait plus sage et plus concentrée, le retour s’effectue en douceur.

C’est sans compter sur Oh Marchello qui la voit reprendre une veine plus cabaret, avec plein de faux accent italien dedans. Personnellement, je me suis permis de trouver ça insupportable. Une fois passé le plus anodin et pop Ne Me Quitte pas, on a cependant mangé notre pain noir. Les plaisanteries de Regina Spektor, c’est un peu comme les incartades electro de Soap & Skin. On sait qu’on doit fermer les yeux pour profiter du reste. Mais comme les plaisanteries, on les apprécie d’autant plus qu’elles sont brèves.

La bonne humeur peut cependant revenir assez vite, vu que le revirement s’effectue avec Firewood, quand elle se rappelle qu’elle peut livrer des morceaux magnifiques de simplicité. Tout ne s’enchante pas (encore) mais le sourire revient. Et quand un morceau est somme toute très classique et de facture peu aventureuse, elle peut le transcender par son potentiel d’émotion. C’est ce qui arrive sur How. Depuis le dernier album, on sait qu’on peut rechercher ailleurs, chez Alina Orlova, ce petit supplément d’âme slave qu’on aime tant. Pourtant ce retour en forme est tout à fait appréciable.

On s’en rend compte une fois passé le cap de la mi-album, qui culmine avec l’intensité furieuse d’All The Rowboats (écoutez-le ici), une des meilleures choses entendues cette année. Et jamais elle n’avait trouvé une forme aussi compacte et personnelle, bien qu’on puisse en trouver des prémices sur Machine. Il y aura encore d’autres bons moments (Songs Of A Politician, Open) avant d’entériner avec Jessica sa capacité à séduire dans la sobriété.

Un peu comme les albums de Soap & Skin ou Frida Hyvonen, il faudra faire un petit tri sur cet album de Regina Spektor. Mais bon, on ne va pas se laisser décevoir par un morceau et demi qu’on n’aime pas, n’est-ce pas ? Surtout que quand elle se surpasse, elle peut toujours tutoyer les cimes.

http://www.reginaspektor.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The National - Laugh Track

    Oh, un album surprise ! Enfin, quand Space Invaders et Alphabet City sont sortis le 17 août, un album semblait se profiler. Il avait déjà un titre, une tracklist, une date de sortie des collaborations et puis hop, tout s’est calmé avant que l’annonce officielle se fasse en concert la veille de la sortie. Etrange tactique sans doute mais qui peut aussi trouver des justifications. Annoncé comme plus (...)

  • Shamir - Homo Anxietatem

    Un petit coup d’oeil à son Bandcamp ne laisse pas beaucoup de doute sur ses préoccupations. Le neuvième album de l’artiste de Philadelphie est concerné par la question du genre. Mais ce n’est pas ce qui frappe d’emblée à l’écoute de cet Homo Anxietatem, c’est plutôt la voix. Haut-perchée, elle est une des caractéristiques les plus remarquables de cet artiste.
    Elle peut être une limitation aussi, jouant (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Swans – The Beggar

    Maintenant je me sens optimiste. Ma couleur préférée est le rose. J’espère que vous allez apprécier cet album.
    Ce n’est pas le genre de citation qu’on attend de la part de Michael Gira pour présenter ce The Beggar. Certes, on n’attendait pas un aphorisme désespéré, mais quand on connait Swans et leur aura de danger, il y a de quoi être un peu intrigué. Mais rassurez-vous, même si les changements de (...)