Accueil > Musique > 2012 > Regina Spektor - What We Saw From The Cheap Seats

Regina Spektor - What We Saw From The Cheap Seats

mercredi 27 juin 2012, par Marc

Faux départ


Qui m’aime me suive, c’est un peu ce que les premiers morceaux de cet album semblent dire, parce que le découragement pourra guetter l’amateur. L’album est en effet étrangement séquencé puisque les morceaux qui ne feront pas l’unanimité sont placés au début. Tout commence plutôt bien pourtant, avec un Small Town Moon qui est une sorte de résumé de son style, passant d’une classique balade piano/voix pour prendre quelques virages plus serrés. Comme on était restés sur l’excellente impression de Far qui la montrait plus sage et plus concentrée, le retour s’effectue en douceur.

C’est sans compter sur Oh Marchello qui la voit reprendre une veine plus cabaret, avec plein de faux accent italien dedans. Personnellement, je me suis permis de trouver ça insupportable. Une fois passé le plus anodin et pop Ne Me Quitte pas, on a cependant mangé notre pain noir. Les plaisanteries de Regina Spektor, c’est un peu comme les incartades electro de Soap & Skin. On sait qu’on doit fermer les yeux pour profiter du reste. Mais comme les plaisanteries, on les apprécie d’autant plus qu’elles sont brèves.

La bonne humeur peut cependant revenir assez vite, vu que le revirement s’effectue avec Firewood, quand elle se rappelle qu’elle peut livrer des morceaux magnifiques de simplicité. Tout ne s’enchante pas (encore) mais le sourire revient. Et quand un morceau est somme toute très classique et de facture peu aventureuse, elle peut le transcender par son potentiel d’émotion. C’est ce qui arrive sur How. Depuis le dernier album, on sait qu’on peut rechercher ailleurs, chez Alina Orlova, ce petit supplément d’âme slave qu’on aime tant. Pourtant ce retour en forme est tout à fait appréciable.

On s’en rend compte une fois passé le cap de la mi-album, qui culmine avec l’intensité furieuse d’All The Rowboats (écoutez-le ici), une des meilleures choses entendues cette année. Et jamais elle n’avait trouvé une forme aussi compacte et personnelle, bien qu’on puisse en trouver des prémices sur Machine. Il y aura encore d’autres bons moments (Songs Of A Politician, Open) avant d’entériner avec Jessica sa capacité à séduire dans la sobriété.

Un peu comme les albums de Soap & Skin ou Frida Hyvonen, il faudra faire un petit tri sur cet album de Regina Spektor. Mais bon, on ne va pas se laisser décevoir par un morceau et demi qu’on n’aime pas, n’est-ce pas ? Surtout que quand elle se surpasse, elle peut toujours tutoyer les cimes.

http://www.reginaspektor.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)