Accueil > Musique > 2004 > Wilco : A Ghost Is Born

Wilco : A Ghost Is Born

vendredi 11 août 2006, par Marc


Quand ça commence par du piano aussi nettement sous mixé et intimiste, on craint le mauvais délire neurasthénique. Mais quand le riff de At least that’s what you said déboule et dégénère en pièce saturée digne des meilleurs moments électriques de Neil young et son Crazy Horse, on garde l’oreille attentive.

Et on a bien raison car cet album mature et plein mérite le détour. Laissez-lui quand même plusieurs écoutes pour qu’il livre tous ses secrets. En effet, les montées d’un morceau comme Muzzle of bees ou Hummingbird méritent une plus ample attention, pour voir comment on se fait mener là où on est. La première référence qui vient en tête est une certaine vision du rock progressif que l’on retrouve chez les longues plages de Mellon Collie etc... des Smashing Pumpkins. A des choses plus récentes comme Essex Green par exemple. L’ambiance est langoureuse mais pas plombée, le son vintage seventies (piano+guitare parfois déstructurée) mas pas passéiste.

Evidemment, on retrouve un défaut inévitable de ces musiques ciselées : elle ne résiste pas à une écoute distraite ou en sourdine. Autre chose, on appréciera cet album d’autant mieux par petits morceaux, comme de petites sucreries de fin de journée et l’écoute en boucle déforce le propos.
En ratrappant sur Internet un concert manqué de cet année à Werchter, on peut dire que les morceaux, pour denses qu’ils soient, résistent parfaitement au traitement scénique.

Un disque qui résistera au temps et aux modes. Loin des groupes en ’The’ et des hypes de la semaine, cette musique intimiste mérite le détour. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)