Accueil > Critiques > 2012

A Place To Bury Strangers - Worship

vendredi 20 juillet 2012, par marc

Papier de verre pop


A Place To Bury Strangers est un groupe qui fascine, parce qu’il n’a jamais hésité à être exigeant pour se distinguer. On avait senti sur l’EP paru cette année qu’ils pourraient mettre de l’eau dans leur vin, que ce serait moins fort mais toujours enivrant. Avouons-le aussi, c’est la folle intransigeance qu’on aime chez eux, ces guitares qui coupent et bourdonnent à la fois. Alors on avait un peu ravalé notre déception en attendant la suite.

Cette suite ne s’est donc pas fait attendre et on retrouve avec un bonheur sans doute un peu masochiste ce banc d’essai de matériel, ce crash-test auditif. Les concerts, il faut le dire peuvent être soit des expériences prenantes ou un peu crevantes. Ça dépend de vous. Ça dépend d’eux.

Cet album ne marquera pas de rupture dans leur discographie, tout au plus un léger redressement après l’EP déjà mentionné. Les morceaux, une fois l’épaisse couche de son enlevée, ne sont pas tortueux, mais plutôt directs et très simples. Difficile d’éviter toute référence à la base de la musique froide (Joy Division) où des mélodies sur chaos sonore (My bloody Valentine, Jesus & The Mary Chain), mais en abordant la quatrième critique, on peut aussi faire référence à ce qu’ils ont fait dans un passé récent.

Le style est finalement assez facile à cerner, mais il reste toujours aussi compliqué de rendre par écrit la furie et l’agression sonore d’un album d’APTBS. Et puis il y avait aussi l’effet de surprise quand on prend dans la face l’hallucinant To Fix The Gash In Your Head. Vous pouvez désormais trouver un morceau ou l’autre pour la frange la plus sensible de votre entourage. Dissolved pourrait être celui-là en tous cas, notamment parce qu’il repart au beau milieu dans un mode new-wave moins éprouvant. You Are The One marque aussi une pause et permet d’envisager l’écoute de l’album dans son entièreté de façon sereine, ce que j’ai pu faire de très nombreuses fois.

Les mélodies donc être très accessibles aussi, voire carrément réussies (And I’m Up), et si la guitare est toujours caressante comme du papier de verre, la basse est très claire et contrebalance une mélodie très lo-fi. Tout est à la limite de l’éclatement, mais on a l’impression d’un bolide qui fonce avec les pneus crevés sans dévier de sa trajectoire. Ce qui donne encore plus de contraste qu’auparavant à Mind Control à la voix sépulcrale. Et quand il n’y a pas de chant, les passages instrumentaux sont logiquement âpres, sombres et abrasifs. C’est ce qu’on recherche sur Revenge et qu’on trouve sur ce morceau plus fiévreux et tribal. Ils ne tentent plus le slow crépusculaire, pensant sans doute avec raison que la vitesse est l’alliée la plus évidente de ces morceaux (Leaving Tomorrow), quitte à être un peu linéaire (Why I Can’t Cry Anymore)

A Place To Bury Strangers est arrivé à sa vitesse de croisière. Ceux qui les suivent depuis un petit temps sont donc complétement à l’abri de toute surprise. On comprend dès lors bien pourquoi et comment ils évoluent vers un son toujours plus abrasif jumelé à des mélodies jamais tordues. Si on perd le son extrême, il est probable qu’une bonne partie de l’intérêt d’A Place To Bury Strangers s’évanouira. Bien conscients de ce fait, ils suivent deux voies en même temps. Et on continue donc à leur trouver plein d’intérêt.

http://www.aplacetoburystrangers.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)