Accueil > Musique > 2012 > Liars - WIXIW

Liars - WIXIW

mardi 31 juillet 2012, par Marc


Certains groupes usurpent leur réputation de versatilité. Ce n’est certainement pas le cas des déroutants Liars. Le plus étonnant, finalement, ce n’est pas qu’ils se lancent sur la piste d’une electro éthérée, mais qu’il n’y ait pratiquement pas de force de frappe ici. Sans doute que notre première impression a été biaisée vu qu’on les a découverts par le très tribal et percussif Drum’s Not Dead et que leurs prestations live sont toujours percutantes. Certes, on en retrouve des traces sur Flood To Flood mais c’est d’une retenue assez remarquable.

Ce nouvel album, qui apparemment se dit « Wish You » est donc présenté à juste titre comme leur ‘album electro’. C’est donc un énième revirement ici, puisque le premier morceau est complétement éthéré, comme s’ils avaient voulu se plonger dans la musique aquatique des Julianna Barwick ou Julian Lynch. Mais leur passé leur permet d’ajouter un peu de structure, de beats, ce que ceux qui viennent du folk risquent trop peu. Octagon profite aussi du chant très décalé et incantatoire d’Angus Andrew. Il en sort souvent une pop rêveuse et répétitive (His and Mine Sensations), qui n’est pas sans rappeler Deerhunter, autre talent versatile, mais qui lui tente de fondre toutes ses influences en un seul style composite.

Ils ne se risquent donc pas à incendier No1 Against The Rush, et cette retenue est réussie, éloignant définitivement le côté expérimental ; terme utilisé généralement quand l’expérimentation n’est pas fructueuse. Sans doute qu’une des clés du succès est un discernement qui ne se contente pas de greffer du beat pour faire genre, préférant la complexité à la testostérone. La plage titulaire s’aventure ainsi dans un entrelacs d’arpèges qui débouche sur une résolution. Brats s’épaissit progressivement et on peut même distinguer ça et là la patte d’un Radiohead (Ill Valley Prodigies).

Aborder un nouvel album de Liars, c’est presque découvrir un nouveau groupe. Cette mouture-ci est en tout cas assez réussie, et loin d’être un exercice de style. Cette subtilité va finalement très bien à cet excellent groupe polymorphe. Peut-être que les plus arides décharges d’adrénaline pourront manquer, mais on ne peut que saluer ce revirement réussi. Encore.

http://www.liarsliarsliars.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)