Accueil > Musique > 2012 > Tu Fawning - A Monument

Tu Fawning - A Monument

dimanche 12 août 2012, par Marc

Tournons autour


Ca fait trois mois que je tourne autour de cet album, trois mois que les mots s’échappent, que les sensations peinent à prendre une forme écrite. Mais au contraire de ces albums qu’on balaie vite parce qu’on les sent hermétiques, ce Monument m’a tout de suite intrigué. Si je veux vous transmettre mon intérêt, ou mon trouble, il faut pourtant que je me jette à l’eau, avec la nécessaire imprécision d’un mode d’expression pour en évoquer un autre.

Sans doute qu’un détour par une présentation s’impose. Le passé des protagonistes peut en effet éclairer le contenu, puisque cette formation est la énième émanation de Portland, Oregon. Certains coins sont décidément plus intéressants que d’autres quand on s’intéresse à la musique, et Portland a une richesse sidérante en la matière. J’aime en tous cas beaucoup la voix de Corinna Repp, qui lui permet un peu de majesté et peut suivre pas mal de circonvolutions. L’autre membre fondateur, Joe Haege, est aussi le leader des très arty 31 Knots, groupe qui m’a toujours intéressé mais sans que la porte d’entrée ne se révèle vraiment. En outre, il a accompagné en tant que musicien Menomena sur la route. Et là, on se retrouve tout de suite en terrain plus connu.

Cet autre groupe de Portland est en effet assez facilement comparable sur Build A Great Cliff, ou alors dans certaines des réussites de cet album comme Wager. J’ai apprécié en tout cas cette épaisseur, cette propension à partir sur une base ample et occasionnellement briser l’équilibre d’un coup de guitare acéré. Ils ne se basent pas sur des refrains et des couplets mais sur une autre logique, celle de la rupture occasionnelle. Comme si les Liars se mettaient à la pop à voix féminine. Pour rester dans les comparaisons, j’ai aussi pensé à la pop tordue de Roisin Murphy période Ruby Blue (Blood Stains) ou les circonvolutions de St Vincent (Skin And Bone).

Cependant, jamais l’auditeur n’est pris à rebrousse-poil., et l’album présente une belle constance entre l’intro un peu pompière d’Anchors et la farandole tribale de Bones qui est la conclusion logique. Entre les deux, outre les morceaux déjà évoquées, il faut faire un détour par l’impeccable lourdeur d’A Pose For No One ou In The Center Of Powder. Tu Fawning est un groupe attachant même s’il laisse peu de choses à aimer dans le détail. On peut apprécier des albums qu’on ne comprend pas, tout simplement parce qu’ils nous intriguent, parce qu’on a aimé les écouter encore et encore, et parce qu’on espère que cet enthousiasme va inspirer des écoutes.

http://www.tufawning.com/intro/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)