Accueil > Critiques > 2012

Marissa Nadler - Sister EP

jeudi 16 août 2012, par marc

Relation personnelle


On peut dire qu’il est difficile de trouver quelqu’un de moins punk musicalement que Marissa Nadler. Pourtant, peu d’artistes autant qu’elle ont aussi bien assimilé de concept du Do-it-yourself. Ainsi, après avoir créé son propre micro-label (Box Of Cedar Records), la plupart de ces disques récents sont disponibles via un site d’artisanat (Etsy). Et artisanale, sa musique l’est très certainement.

Pourtant, ce complément à son excellent album de l’an passé n’a pas un enregistrement au rabais. Même sur scène où elle défend souvent ses morceaux toute seule, le son a en effet toute son importance, celui de la guitare comme l’écho sur sa voix cristalline. On entend en plus de la batterie sur Wrecking Ball, qui le classe plus dans les slows que dans le folk nu. Évidemment, ce ne sont pas les ajouts de piano de Love Again ou There Is a Fire qui vont les dénaturer. Et quand elle ajoute un violon sur To A Road, Love, c’est bien entendu magnifique.

Marissa ne vous décevra pas si vous l’aimiez déjà. Et vous aurez compris que c’est mon cas. Difficile de rentrer dans le détail, ces chansons finalement se ressemblent un peu, lui ressemblent un peu, et il n’y a pas d’objection spécifique à formuler surtout que contrairement à l’album sorti l’an passé, ce gros EP est plus acoustique. Apostle aurait par exemple pu se retrouver sur n’importe lequel de ses albums, même si en tendant l’oreille on distingue une nappe de clavier. Les habitués retrouveront donc avec plaisir ces adresses à la seconde personne (Love Again, There Is A Fire), particularité qu’elle partage avec Dominique A.

Il est peut-être désolant de constater que Marissa Nadler ne s’adresse qu’à des convaincus, via des canaux assez confidentiels. Tant mieux pour le lien privilégié (et les disques signés), mais c’est dommage pour la renommée d’une artiste aussi douée et attachante. Raison de plus pour en parler dès qu’on en a l’occasion, pour que ces morceaux fondants trouvent tous les cœurs à qui ils doivent d’adresser.

http://marissanadler.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)