Accueil > Musique > 2012 > The Audience - Hearts

The Audience - Hearts

dimanche 19 août 2012, par Marc

Pureté post-punk


L’avantage avec cette époque sans vraie tendance directrice et structurante, c’est que tous les styles peuvent cohabiter, se côtoyant dans un joyeux bordel où la difficulté est de caser plein de découvertes dans des journées toujours pas extensibles. Quand on aime caricaturer et sortir des tendances à la pelle à neige, on peut créer de façon amusante des lignes de force. Par exemple, on peut dire que souvent, les groupes se sont partagés de façon plus ou moins nette entre ceux qui tentent des fusions de genre et ceux qui préfèrent creuser plus loin un sillon bien défini, voire tenter de recréer une sorte de pureté

C’est dans la seconde catégorie que se classe le quatuor allemand. Ce qu’on cherche, c’est l’urgence, le manque de doute, et c’est ce qu’on entend sur Endless Wall. Bloc Party ou Foals sont allés plus loin dans le genre, en étant à la fois plus pointus et plus généralistes, moins directement influencés par les incontournables anciens (Gang Of Four, ce genre). Mais on trouve ces traces ici, étant donné que Sirens aurait pu se trouver sur le bien nommé Silent Alarm et Wolves n’aurait pas semblé incongru sur Antidotes. J’ai aussi pensé à The Robocop Kraus (qui proviennent également de Nuremberg).

Dans le genre, c’est plus tendu et abouti que des groupes comme Chapel Club. En tout cas, rien ne permet de déceler une quelconque volonté de détourner la pureté du style original pour en faire quelque chose de plus moderne (ce qu’a fait Bloc Party), de plus pompier (la dérive d’Editors) ou de plus rock (ce qu’a tenté Maxïmo Park). C’est de cette façon que j’apprécie le mieux l’énergie rock, et je suis toujours étonné que des groupes retrouvent une certaine fraicheur, même si la volonté d’évoluer la voit souvent sacrifiée à terme.

Hearts est un album palpitant, non qu’il suscite un suspense haletant, mais il a une petite vibration intérieure. N’allez cependant pas prendre ceci pour un album de monomaniaque, parce que si aucun titre n’est vraiment au-dessus des autres, il savent tout de même varier les tempos. Logiquement, c’est sur le dernier morceau que la lenteur relative et le chorus le plus épais se retrouvent.

La qualité intrinsèque d’un album est un concept fumeux. Et il l’est d’autant plus que le contexte joue un grand rôle. Dans un été traditionnellement très vide de sorties, où il ne reste que des brouillons de critiques inachevées par manque de temps et d’enthousiasme, la recherche d’un album plus agréable, direct et franc, sincère et vibrant peut être récompensée. N’allez pas chercher ici un album brillant ou original, mais la joie simple de la découverte d’un groupe encore pur.

http://www.rocktheaudience.de
http://www.myspace.com/rocktheaudience

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)

  • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT

    Si vous voulez la version courte, ce cinquième album d’I LIKE TRAINS est un des plus percutants de l’année, et ça s’écoute en dessous de l’article. Si vous voulez un peu plus de détail, on peut commencer par un rappel des faits.
    On avait craqué tout de suite pour le groupe de Leeds, pour ce mélange de sons et structures post-rock utilisés dans des morceaux qui reposaient aussi sur la voix de baryton de David Martin. Il y avait ce sens du paroxysme qui vrillait l’âme au casque ou en concert. Il y avait (...)