Accueil > Musique > 2012 > I Am Oak - Nowhere or Tammensaari

I Am Oak - Nowhere or Tammensaari

mardi 21 août 2012, par Marc

Insinuation discrète


Même si c’est peut-être un peu dommage pour la renommée de l’artiste, je préfère me lancer dans des écoutes avec un minimum de bagage biographique sur un auteur. Je préfère qu’on essaie de me convaincre avec des chansons plutôt qu’une belle histoire. Tout ce que je suis arrivé à rassembler comme faits est que la personne qui se cache derrière ce nom est le Néerlandais Thijs Kuiken et que cet album puise son inspiration dans un voyage en Finlande.

Le souvenir que j’avais de cet artiste remonte à un an à peu près, et je m’attendais à entendre une musique acoustique et atmosphérique. La lecture de la courte critique de l’an passé et l’écoute de cet album m’a détrompé. Pourtant, d’acoustique et d’atmosphère il est bien question, de façon assez convaincante d’ailleurs, mais on découvre que Thijs est un tout bon songwriter, et on sait d’instinct de qui on peut le rapprocher. Des voisins flamands comme Isbells ou Marble Sounds par exemple, voire de Gravenhurst ou Piers Faccini. Parce que comme tous ces exemples qui ont réjoui nos oreilles, ils sait que pour tout qui pourra s’abandonner, il n’y a rien de mieux qu’une discrétion de façade occasionnellement rehaussée d’une pointe d’électricité pour en renforcer la tension et l’intensité (un peu d’humour électricien ne peut pas faire de mal). Ce sont ces petits moments un peu supérieurs (Grown) qui font qu’on réécoute un album ou qu’on abandonne les hautes rotations (liste disponible d’articles avortés sur simple demande…).

Cet album discret ne vous signalera pas que vous êtes pris. Et quand Palpable vous tient, c’est trop tard. Réjouissez-vous, elle est distribuée gratuitement sur son site (voir plus bas) Vous n’avez pas prêté attention à cette lancinante atmosphère, que la délicatesse renforce encore. On sait que la vraie classe est là, quand un artiste croit suffisamment en ses morceaux pour ne jamais les rendre racoleurs mai au contraire les partager sous forme de chœurs (Everything In Waves) ou en cédant sa place à une voix féminine (Vares Varas dont je n’ai pas pu identifier la langue). Vous l’avez vite compris, ce n’est pas l’aspect novateur d’I Am Oak qui séduit, mais sa propension à s’insinuer discrètement.

http://iamoak.com/
http://snowstar.bandcamp.com/album/i-am-oak-nowhere-or-tammensaari

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)