Accueil > Musique > 2012 > I Am Oak - Nowhere or Tammensaari

I Am Oak - Nowhere or Tammensaari

mardi 21 août 2012, par Marc

Insinuation discrète


Même si c’est peut-être un peu dommage pour la renommée de l’artiste, je préfère me lancer dans des écoutes avec un minimum de bagage biographique sur un auteur. Je préfère qu’on essaie de me convaincre avec des chansons plutôt qu’une belle histoire. Tout ce que je suis arrivé à rassembler comme faits est que la personne qui se cache derrière ce nom est le Néerlandais Thijs Kuiken et que cet album puise son inspiration dans un voyage en Finlande.

Le souvenir que j’avais de cet artiste remonte à un an à peu près, et je m’attendais à entendre une musique acoustique et atmosphérique. La lecture de la courte critique de l’an passé et l’écoute de cet album m’a détrompé. Pourtant, d’acoustique et d’atmosphère il est bien question, de façon assez convaincante d’ailleurs, mais on découvre que Thijs est un tout bon songwriter, et on sait d’instinct de qui on peut le rapprocher. Des voisins flamands comme Isbells ou Marble Sounds par exemple, voire de Gravenhurst ou Piers Faccini. Parce que comme tous ces exemples qui ont réjoui nos oreilles, ils sait que pour tout qui pourra s’abandonner, il n’y a rien de mieux qu’une discrétion de façade occasionnellement rehaussée d’une pointe d’électricité pour en renforcer la tension et l’intensité (un peu d’humour électricien ne peut pas faire de mal). Ce sont ces petits moments un peu supérieurs (Grown) qui font qu’on réécoute un album ou qu’on abandonne les hautes rotations (liste disponible d’articles avortés sur simple demande…).

Cet album discret ne vous signalera pas que vous êtes pris. Et quand Palpable vous tient, c’est trop tard. Réjouissez-vous, elle est distribuée gratuitement sur son site (voir plus bas) Vous n’avez pas prêté attention à cette lancinante atmosphère, que la délicatesse renforce encore. On sait que la vraie classe est là, quand un artiste croit suffisamment en ses morceaux pour ne jamais les rendre racoleurs mai au contraire les partager sous forme de chœurs (Everything In Waves) ou en cédant sa place à une voix féminine (Vares Varas dont je n’ai pas pu identifier la langue). Vous l’avez vite compris, ce n’est pas l’aspect novateur d’I Am Oak qui séduit, mais sa propension à s’insinuer discrètement.

http://iamoak.com/
http://snowstar.bandcamp.com/album/i-am-oak-nowhere-or-tammensaari

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)