Accueil > Critiques > 2012

I Am Oak - Nowhere or Tammensaari

mardi 21 août 2012, par marc

Insinuation discrète


Même si c’est peut-être un peu dommage pour la renommée de l’artiste, je préfère me lancer dans des écoutes avec un minimum de bagage biographique sur un auteur. Je préfère qu’on essaie de me convaincre avec des chansons plutôt qu’une belle histoire. Tout ce que je suis arrivé à rassembler comme faits est que la personne qui se cache derrière ce nom est le Néerlandais Thijs Kuiken et que cet album puise son inspiration dans un voyage en Finlande.

Le souvenir que j’avais de cet artiste remonte à un an à peu près, et je m’attendais à entendre une musique acoustique et atmosphérique. La lecture de la courte critique de l’an passé et l’écoute de cet album m’a détrompé. Pourtant, d’acoustique et d’atmosphère il est bien question, de façon assez convaincante d’ailleurs, mais on découvre que Thijs est un tout bon songwriter, et on sait d’instinct de qui on peut le rapprocher. Des voisins flamands comme Isbells ou Marble Sounds par exemple, voire de Gravenhurst ou Piers Faccini. Parce que comme tous ces exemples qui ont réjoui nos oreilles, ils sait que pour tout qui pourra s’abandonner, il n’y a rien de mieux qu’une discrétion de façade occasionnellement rehaussée d’une pointe d’électricité pour en renforcer la tension et l’intensité (un peu d’humour électricien ne peut pas faire de mal). Ce sont ces petits moments un peu supérieurs (Grown) qui font qu’on réécoute un album ou qu’on abandonne les hautes rotations (liste disponible d’articles avortés sur simple demande…).

Cet album discret ne vous signalera pas que vous êtes pris. Et quand Palpable vous tient, c’est trop tard. Réjouissez-vous, elle est distribuée gratuitement sur son site (voir plus bas) Vous n’avez pas prêté attention à cette lancinante atmosphère, que la délicatesse renforce encore. On sait que la vraie classe est là, quand un artiste croit suffisamment en ses morceaux pour ne jamais les rendre racoleurs mai au contraire les partager sous forme de chœurs (Everything In Waves) ou en cédant sa place à une voix féminine (Vares Varas dont je n’ai pas pu identifier la langue). Vous l’avez vite compris, ce n’est pas l’aspect novateur d’I Am Oak qui séduit, mais sa propension à s’insinuer discrètement.

http://iamoak.com/
http://snowstar.bandcamp.com/album/i-am-oak-nowhere-or-tammensaari

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)