Accueil > Critiques > 2012

Antony And The Johnsons - Cut The World

jeudi 23 août 2012, par marc


La liste a beau diminuer, il reste tout de même un paquet d’artistes que j’apprécie et que je n’ai jamais eu l’occasion de voir en concert. Et Antony en fait partie mais soyez certain que j’ai à cœur de combler cette lacune, rendue encore plus criante par cette sortie.

Les albums d’Antony semblaient faire une part de plus en plus grande à l’expérimentation. Non pas que l’influence de David Tibet (le créateur de Current 93 qui l’a découvert) le pousse au terrorisme sonore, mais on sentait sur The Crying Light et encore plus sur Swanlight une volonté de ne pas se cantonner à la balade au piano à l’expressivité suraigüe. Pour ceux qui comme moi saluent la volonté d’originalité mais apprécient aussi qu’un artiste se cantonne à ses qualités, cet album est assez réjouissant.

Ce concert, enregistré au Danemark avec l’aide du Danish National Chamber Orchestra, est donc très ample, très travaillé, mais ne tombe pas dans le piège de l’album ‘symphonique’ pompier. Les albums sont déjà très produits, très riches, donc il n’a pas dû se creuser la tête et se demander comment il en remettrait une couche. C’est loin d’être minimaliste, mais l’aspect ‘night of the proms’ est tout à fait absent, sans doute parce que c’est sa voix qui est au centre des débats. Et puis parce que ces musiciens doués sont visiblement très à l’aise avec ce répertoire.

Pour atténuer l’impression d’un album studio best-of, certaines interventions ont été gardées, comme cette étrange tirade sur le cycle de la lune et des menstruations, ou l’importance d’un modèle matriarcal. Sans doute que ces interludes semblent plus à leur place lors d’un ‘vrai’ concert. Mais cette seconde plage montre une facette plus humaine (non que la musique soit désincarnée, au contraire) qui fait contrepoint à la perfection sonore du reste (les applaudissements sont très discrets). Oui, il en fait des tonnes, cette voix est très précieuse, mais il a cette grâce qui fait tout passer, cet aplomb qui ne le rend jamais mièvre, une implication qui rend intense.

Et puis il y a ces morceaux chéris, tant écoutés et qui pourtant ne lassent pas encore, comme You Are My Sister. Plus lente, encore plus langoureuse, cette version sans Boy George est tout à fait digne de notre souvenir et à une intro assez judicieuse. Le reste fait le tour de la discographie, rappelant le très beau Cripple And The Starfish. Par la justesse, l’ampleur et la sélection des morceaux, on se dit que c’est peut-être son album qu’on sera amenés à réécouter le plus souvent. Et pour ceux qui ne le connaitraient pas ou mal, il peut servir de très pertinente introduction.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange (...)

  • Shearwater - Rook (mostly) solo in London, 2018

    On ne peut pas vraiment dire que Jonathan Meiburg soit quelqu’un de vénal. Il a même dû faire appel à l’équipe pour boucler la tournée des excellents Loma. Donc, s’il multiplie les sorties, ce n’est pas pour occuper le terrain. De plus, les bénéfices des ventes (en numérique et sur Bandcamp exclusivement) iront à l’International Rescue Committee qui soutient et défend les réfugiés partout dans le monde. A (...)

  • The National - Boxer Live In Brussels

    Quand une critique tarde, ce n’est pas trop grave, l’album a une certaine durée de vie et la disparition presque complète de ce qu’on a appelé la blogosphère musicale rend encore moins impérieux le besoin de publier vite. Si on essaie de se conformer tant bien que mal au calendrier des sorties, on n’y colle pas au jour près. Par contre, une fois passé le lendemain d’un concert, on estime que c’est trop (...)

  • Shearwater - The Sky Is A Blank Screen

    S’il est une chose qu’on ne pourra pas reprocher à Shearwater, c’est celle de ne pas occuper le terrain. Depuis leur album Jet Plane and Oxbow de l’an passé, on a en effet eu droit à deux sorties virtuelles d’anciens concerts et une reprise intégrale du Lodger de David Bowie. Et maintenant sort ce live qui témoigne de la pertinence de leurs prestations publiques. Espérons que cette politique soit (...)