Accueil > Musique > 2012 > Antony And The Johnsons - Cut The World

Antony And The Johnsons - Cut The World

jeudi 23 août 2012, par Marc


La liste a beau diminuer, il reste tout de même un paquet d’artistes que j’apprécie et que je n’ai jamais eu l’occasion de voir en concert. Et Antony en fait partie mais soyez certain que j’ai à cœur de combler cette lacune, rendue encore plus criante par cette sortie.

Les albums d’Antony semblaient faire une part de plus en plus grande à l’expérimentation. Non pas que l’influence de David Tibet (le créateur de Current 93 qui l’a découvert) le pousse au terrorisme sonore, mais on sentait sur The Crying Light et encore plus sur Swanlight une volonté de ne pas se cantonner à la balade au piano à l’expressivité suraigüe. Pour ceux qui comme moi saluent la volonté d’originalité mais apprécient aussi qu’un artiste se cantonne à ses qualités, cet album est assez réjouissant.

Ce concert, enregistré au Danemark avec l’aide du Danish National Chamber Orchestra, est donc très ample, très travaillé, mais ne tombe pas dans le piège de l’album ‘symphonique’ pompier. Les albums sont déjà très produits, très riches, donc il n’a pas dû se creuser la tête et se demander comment il en remettrait une couche. C’est loin d’être minimaliste, mais l’aspect ‘night of the proms’ est tout à fait absent, sans doute parce que c’est sa voix qui est au centre des débats. Et puis parce que ces musiciens doués sont visiblement très à l’aise avec ce répertoire.

Pour atténuer l’impression d’un album studio best-of, certaines interventions ont été gardées, comme cette étrange tirade sur le cycle de la lune et des menstruations, ou l’importance d’un modèle matriarcal. Sans doute que ces interludes semblent plus à leur place lors d’un ‘vrai’ concert. Mais cette seconde plage montre une facette plus humaine (non que la musique soit désincarnée, au contraire) qui fait contrepoint à la perfection sonore du reste (les applaudissements sont très discrets). Oui, il en fait des tonnes, cette voix est très précieuse, mais il a cette grâce qui fait tout passer, cet aplomb qui ne le rend jamais mièvre, une implication qui rend intense.

Et puis il y a ces morceaux chéris, tant écoutés et qui pourtant ne lassent pas encore, comme You Are My Sister. Plus lente, encore plus langoureuse, cette version sans Boy George est tout à fait digne de notre souvenir et à une intro assez judicieuse. Le reste fait le tour de la discographie, rappelant le très beau Cripple And The Starfish. Par la justesse, l’ampleur et la sélection des morceaux, on se dit que c’est peut-être son album qu’on sera amenés à réécouter le plus souvent. Et pour ceux qui ne le connaitraient pas ou mal, il peut servir de très pertinente introduction.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange sur le papier, elle est d’une très grande cohérence dans les faits. Le chant est évidemment traditionnel (...)

  • Shearwater - Rook (mostly) solo in London, 2018

    On ne peut pas vraiment dire que Jonathan Meiburg soit quelqu’un de vénal. Il a même dû faire appel à l’équipe pour boucler la tournée des excellents Loma. Donc, s’il multiplie les sorties, ce n’est pas pour occuper le terrain. De plus, les bénéfices des ventes (en numérique et sur Bandcamp exclusivement) iront à l’International Rescue Committee qui soutient et défend les réfugiés partout dans le monde. A priori, cet enregistrement acoustique de l’album Rook (dix ans déjà pour cette merveille) par Jonathan (...)

  • The National - Boxer Live In Brussels

    Quand une critique tarde, ce n’est pas trop grave, l’album a une certaine durée de vie et la disparition presque complète de ce qu’on a appelé la blogosphère musicale rend encore moins impérieux le besoin de publier vite. Si on essaie de se conformer tant bien que mal au calendrier des sorties, on n’y colle pas au jour près. Par contre, une fois passé le lendemain d’un concert, on estime que c’est trop tard. C’est pour ça que vous n’avez pas eu droit au compte-rendu de la prestation de The National à (...)

  • Shearwater - The Sky Is A Blank Screen

    S’il est une chose qu’on ne pourra pas reprocher à Shearwater, c’est celle de ne pas occuper le terrain. Depuis leur album Jet Plane and Oxbow de l’an passé, on a en effet eu droit à deux sorties virtuelles d’anciens concerts et une reprise intégrale du Lodger de David Bowie. Et maintenant sort ce live qui témoigne de la pertinence de leurs prestations publiques. Espérons que cette politique soit payante et leur offre la visibilité qu’ils méritent.
    Shearwater en concert, on peut dire qu’on sait ce que (...)