Accueil > Musique > 2012 > Mono - For My Parents

Mono - For My Parents

jeudi 13 septembre 2012, par Marc

Croustillon


J’ai déjà eu cette année l’occasion d’ironiser sur le post-rock, sur un certain immobilisme par rapport à certains courants contemporains qui apparaissent comme plus excitants (et peut-être plus éphémères aussi). Pourtant, l’annonce de la sortie d’un album de Mono a suscité plus qu’une curiosité, une vraie envie. Dans ce cas, on oublie les modes, voire même une certaine idée du bon goût, pour s’abandonner dans ce lyrisme certes exagéré, mais qui impose plus de respect que de ricanements. L’intégrité et la sincérité réussissent parfois ce tour de force.

Grandiloquent est sans doute un mot encore faible pour la formation nippone, et comme la musique instrumentale est affaire d’évocations et il serait sans doute tentant de comparer le quatuor japonais à certaines estampes d’Hiroshige, pour la menace toujours policée, pour cette écume qui va engloutir mais n’éclabousse pas, pour ce tsunami toujours propre sur lui. On pourrait aussi évoquer des montagnes russes. Pourtant, dans le cas qui nous occupe, l’analogie avec la nourriture des foires me semble plus pertinente. Notamment parce que les contrastes sont moins forts que par le passé. Hymns To The Immortal Wind m’avait plus séduit, parce que les moments plus intenses l’étaient vraiment, et prenaient plus de relief. Et puis parce qu’à ce degré de romantisme exacerbé, on peut parler de plaisir un peu coupable, tout comme ces croustillons qui ne constituent pas le fond de notre alimentation.

On le voit, difficile d’aborder cette musique autrement que par la bande. Parce que les moyens, c’est une l’entente cordiale des cordes et des guitares, mais à des lieues de l’aridité des géniaux Godspeed You ! Black Emperor. Quand on est bien disposés, on attend ces figures imposées, on les réclame même. Nostagia ou Unseen Harbour les fournissent, donc on est contents. Leur sens de la mélodie est indéniable, et dès le départ, on embarque dans un voyage d’une jolie mélancolie.

Parfois il faut remettre ses sarcasmes au vestiaire, changer de vue, arrêter de s’imposer de la nouveauté, et succomber à ce qu’on peut aimer. Ce simple conseil n’est pas aussi évident qu’il n’en a l’air. En d’autres termes, tout le monde a le droit de ne pas culpabiliser sur ses plaisirs coupables. Si le beignet cuit à l’eau avec de la farine de son est votre truc, passez votre chemin, mais si vous aimez de temps en temps vous sustenter sur une foire tout simplement parce que c’est bon, le très imposant daughnut Mono est à écouter.

http://monoishere.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez [Filiamotsa-When the vowels fall by L&S

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Goodbye, Kings - The Cliché of Falling Leaves

    Avec un line-up pléthorique, et un album articulé en plusieurs parties et un support visuel dansé, le groupe milanais Goodbye, Kings est visiblement ambitieux. Mais si le résultat est forcément ample, il sait garder une taille humaine et accessible.
    Comme on s’y attend aussi au vu du thème (en gros, l’enchainement des saisons, les morceaux présentent des personnalités différentes, même si le rapport aux saisons ne saute pas aux oreilles immédiatement. Après une longue introduction de rigueur, la (...)