Accueil > Critiques > 2012

Mono - For My Parents

jeudi 13 septembre 2012, par marc

Croustillon


J’ai déjà eu cette année l’occasion d’ironiser sur le post-rock, sur un certain immobilisme par rapport à certains courants contemporains qui apparaissent comme plus excitants (et peut-être plus éphémères aussi). Pourtant, l’annonce de la sortie d’un album de Mono a suscité plus qu’une curiosité, une vraie envie. Dans ce cas, on oublie les modes, voire même une certaine idée du bon goût, pour s’abandonner dans ce lyrisme certes exagéré, mais qui impose plus de respect que de ricanements. L’intégrité et la sincérité réussissent parfois ce tour de force.

Grandiloquent est sans doute un mot encore faible pour la formation nippone, et comme la musique instrumentale est affaire d’évocations et il serait sans doute tentant de comparer le quatuor japonais à certaines estampes d’Hiroshige, pour la menace toujours policée, pour cette écume qui va engloutir mais n’éclabousse pas, pour ce tsunami toujours propre sur lui. On pourrait aussi évoquer des montagnes russes. Pourtant, dans le cas qui nous occupe, l’analogie avec la nourriture des foires me semble plus pertinente. Notamment parce que les contrastes sont moins forts que par le passé. Hymns To The Immortal Wind m’avait plus séduit, parce que les moments plus intenses l’étaient vraiment, et prenaient plus de relief. Et puis parce qu’à ce degré de romantisme exacerbé, on peut parler de plaisir un peu coupable, tout comme ces croustillons qui ne constituent pas le fond de notre alimentation.

On le voit, difficile d’aborder cette musique autrement que par la bande. Parce que les moyens, c’est une l’entente cordiale des cordes et des guitares, mais à des lieues de l’aridité des géniaux Godspeed You ! Black Emperor. Quand on est bien disposés, on attend ces figures imposées, on les réclame même. Nostagia ou Unseen Harbour les fournissent, donc on est contents. Leur sens de la mélodie est indéniable, et dès le départ, on embarque dans un voyage d’une jolie mélancolie.

Parfois il faut remettre ses sarcasmes au vestiaire, changer de vue, arrêter de s’imposer de la nouveauté, et succomber à ce qu’on peut aimer. Ce simple conseil n’est pas aussi évident qu’il n’en a l’air. En d’autres termes, tout le monde a le droit de ne pas culpabiliser sur ses plaisirs coupables. Si le beignet cuit à l’eau avec de la farine de son est votre truc, passez votre chemin, mais si vous aimez de temps en temps vous sustenter sur une foire tout simplement parce que c’est bon, le très imposant daughnut Mono est à écouter.

http://monoishere.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Mono – Oath

    Ce qui est rare est précieux. Et dans un contexte musical où le post-rock se raréfie, les plaisirs que confèrent une formation comme Mono ne sont pas reproductibes par d’autres genres et deviennent d’autant plus précieux. Mais cette rareté ne confère pas pour autant le statut de chef-d’œuvre au moindre album du genre, loin s’en faut même.
    Une fois ces généralisations balancées, penchons-nous sur le cas (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)