Accueil > Musique > 2012 > Divine Fits - A Thing Called The Divine Fits

Divine Fits - A Thing Called The Divine Fits

mardi 18 septembre 2012, par Marc

Sur mesure


‘On devrait faire un groupe ensemble’, voilà le genre de phrase qu’il ne faut pas lâcher à la légère à un membre de Wolf Parade, il pourrait vous prendre au mot. En effet, entre Handsome Furs et ces Divine Fits pour Dan Boeckner, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface pour Spencer Krug, ça fait pas pas moins de 11 albums pour les deux comparses qui ont été traités dans ces colonnes. Cette surprise n’est sans doute pas la moins intéressante, puisque le chanteur-guitariste s’est associé à Britt Daniels des excellents Spoon pour former Divine Fits. Ajoutons pour être complet que le batteur est Sam Brown qui avait officié au sein des New Bomb Turks, groupe de punk-rock aujourd’hui disparu.

Groupe bicéphale comme bien des projets mentionnés ci-dessus, Divine Fits est en tous cas prometteur pour ceux qui apprécient les deux leaders. Rythme binaire, voix expressive de Dan Boeckner, pas de doute, My Love Is Real pourrait débuter le quatrième album des Handsome Furs. For Your Heart aussi pourrait y figurer. Mais on se doute qu’on ne s’associe pas à un artiste de la trempe de Daniels pour lui imposer son style. Flaggin A Ride se présente donc comme du Spoon, mais avec un peu de lourdeur.

Il est donc inévitable de trier les morceaux selon qui semble les mener. Les armes de Spoon sont une répétition et un minimalisme au cordeau. On a ça sur The Salton Sea qui se termine en chorus forcément tendu articulé autour d’un clavier en transe. On se remémore alors le troublant The Ghost Of You Lingers de Ga Ga Ga Ga Ga. Mais ce n’est pas pour autant un split LP (si tant est que ce concept existe d’ailleurs) puisqu’on retrouve sur What Gets You Alone une progression d’accords typique des Spoon alors que le titre est chanté par Boeckner. De même, ils associent leurs forces sur le limpide Civilian Stripes.

On note également une tendance à utiliser des synthés comme élément de modération (pour calmer l’acide des guitares) ou de diversion (pour faire partir un morceau dans une autre direction). Mais ça ne les empêche pas de se faire plaisir avec les guitares savamment distordues sur Shivers, une reprise des Boys Next Door cuvée 1979.

Les super-groupes ne sortent pas forcément de grands albums à chaque coup, mais on reste attentifs aux collaborations entre les artistes qu’on estime. Dan et Britt devaient se rencontrer, c’est maintenant évident, tant leur sens des morceaux tendus, viscéraux et intenses leur est commun. On s’éloigne encore un peu de la folie de Spencer Krug (comparse de Wolf Parade), mais sur cet album à la constance remarquable, l’union fait vraiment la force.

http://divinefits.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Divine Fits - A Thing Called The Divine Fits 23 septembre 2012 19:07, par Mathusalem

    Effectivement, excellent album... Même si le fait d’être au départ quelque peu fan de Spoon fausse un peu la donne... J’avoue avoir été dérouté par "My Love Is Real" , qu’on pourrait croire tout droit sorti d’un Best Of de ... Soft Cell... (La préciosité vocale de Marc Almond en moins). Jolie découverte, qui permet de ne pas trouver le temps trop long avant le prochain album de la cuiller texane.

    repondre message

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)