Accueil > Musique > 2012 > Calexico - Algiers

Calexico - Algiers

samedi 22 septembre 2012, par Marc

Confirmations


Dans un monde aimant la simplification, on pourrait introduire Calexico comme étant le groupe qui fait subir à la musique hispanisante de type mariachi ce que Beirut fait de la musique de fanfare, c’est-à-dire une relecture sur base de très bons morceaux. C’est primaire, lacunaire, trop simple, mais au final, on aime ce groupe pour les mêmes raisons qu’on est attachés au groupe de Zach Condon ou à Devotchka, parce qu’ils sont arrivés à imposer d’excellents morceaux qui font oublier le procédé.

Parce que les forces de Calexico, ce n’est pas un pitch facile à retenir, ce sont surtout une composition et une intensité supérieures. C’est pour ça qu’on peut les considérer comme une valeur sûre, de celles qui ne déçoivent pas. Encore une fois, le concert à l’Ancienne Belgique du 19 septembre est venu le confirmer, et est venu apporter plusieurs confirmations.

Tout d’abord, en ayant eu un peu de temps pour m’imprégner de cet Algiers (référence à un quartier de la Nouvelle-Orléans), ces morceaux ont confirmé sur scène leur qualité. Le concert d’ailleurs montrait très bien les deux faces du groupe, qui a véritablement joué de l’alternance entre leur tendance festive qui s’estompe un peu et des morceaux plus affirmés, plus denses et moins immédiats tels qu’on les avait déjà tant appréciés sur Carried To Dust. De cette manière, ils arrivent à maintenir l’envie du public pendant une heure de demi sans temps morts.

Il s’est ensuite confirmé que quelques perles figurent sur cet album, dont la très jolie balade pointilliste Hush. Son petit arpège pourra rappeler Sex On Fire de Kings Of Leon aux plus tordus, voire le plus lointain I’m On Fire de Bruce Springsteen. Mais on ne pourra pas parler de rupture franche, puisqu’il reste sur Algiers des composantes immuables de leur style. Ils ne renient donc pas leur ADN et les cuivres sont toujours présents sur The Vanishing Mind ou Puerto ou Algiers. Evidemment, on a droit au morceau en Espagnol (No Te Vayas), et dans le genre, c’est assez cohérent avec le reste de l’album, avec des arrangements en béton armé.

Parce que la subtilité est aussi une de leurs forces, et le son, même produit par sept musiciens, même avec du violon (pas sur scène), de la slide, et du piano, n’apparait jamais comme gonflé. Ce n’est donc pas une trahison, mais une évolution par petites touches d’un style bien affirmé qui se profile pour Calexico. Si tout n’est pas renversant, la constance est de mise, et on ne sera même pas déconcertés de les voir s’aventurer sur les terres de Clinic pour la seconde partie de Sinner In The Sea, parce que la mélodie est toujours là. Le corollaire immédiat, c’est qu’il faut plusieurs écoutes pour complétement cerner cet album, pour le savourer.

Et puis le concert met aussi en évidence le talent d’interprète de Joey Burns (voix magnétique) et des musiciens qui arrivent à nous faire penser qu’ils sont contents d’être là, ce qui contribue toujours à faire passer un bon moment.

Si le choix s’offre à vous, je ne pourrais trop vous conseiller de prendre cet album avec son complément Spirito ; concert enregistré avec un orchestre, qui prouve que non seulement Calexico est un grand groupe de concert, mais que leurs morceaux ne perdent pas leur force en revêtant des atours plus amples. Calexico est de retour, a su faire évoluer son style, et reste captivant.

http://www.casadecalexico.com

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Calexico - Algiers 24 septembre 2012 13:51, par Sto

    Ce disque m’a redonné goût à Calexico que j’avais un peu laissé de côté depuis Feast of Wire. J’ai retrouvé mon amour pour ce groupe qui sait tout de même pondre de sacré titres, notamment le si subtil Wanishing Mind.

    repondre message

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)