Accueil > Musique > 2012 > Calexico - Algiers

Calexico - Algiers

samedi 22 septembre 2012, par Marc

Confirmations


Dans un monde aimant la simplification, on pourrait introduire Calexico comme étant le groupe qui fait subir à la musique hispanisante de type mariachi ce que Beirut fait de la musique de fanfare, c’est-à-dire une relecture sur base de très bons morceaux. C’est primaire, lacunaire, trop simple, mais au final, on aime ce groupe pour les mêmes raisons qu’on est attachés au groupe de Zach Condon ou à Devotchka, parce qu’ils sont arrivés à imposer d’excellents morceaux qui font oublier le procédé.

Parce que les forces de Calexico, ce n’est pas un pitch facile à retenir, ce sont surtout une composition et une intensité supérieures. C’est pour ça qu’on peut les considérer comme une valeur sûre, de celles qui ne déçoivent pas. Encore une fois, le concert à l’Ancienne Belgique du 19 septembre est venu le confirmer, et est venu apporter plusieurs confirmations.

Tout d’abord, en ayant eu un peu de temps pour m’imprégner de cet Algiers (référence à un quartier de la Nouvelle-Orléans), ces morceaux ont confirmé sur scène leur qualité. Le concert d’ailleurs montrait très bien les deux faces du groupe, qui a véritablement joué de l’alternance entre leur tendance festive qui s’estompe un peu et des morceaux plus affirmés, plus denses et moins immédiats tels qu’on les avait déjà tant appréciés sur Carried To Dust. De cette manière, ils arrivent à maintenir l’envie du public pendant une heure de demi sans temps morts.

Il s’est ensuite confirmé que quelques perles figurent sur cet album, dont la très jolie balade pointilliste Hush. Son petit arpège pourra rappeler Sex On Fire de Kings Of Leon aux plus tordus, voire le plus lointain I’m On Fire de Bruce Springsteen. Mais on ne pourra pas parler de rupture franche, puisqu’il reste sur Algiers des composantes immuables de leur style. Ils ne renient donc pas leur ADN et les cuivres sont toujours présents sur The Vanishing Mind ou Puerto ou Algiers. Evidemment, on a droit au morceau en Espagnol (No Te Vayas), et dans le genre, c’est assez cohérent avec le reste de l’album, avec des arrangements en béton armé.

Parce que la subtilité est aussi une de leurs forces, et le son, même produit par sept musiciens, même avec du violon (pas sur scène), de la slide, et du piano, n’apparait jamais comme gonflé. Ce n’est donc pas une trahison, mais une évolution par petites touches d’un style bien affirmé qui se profile pour Calexico. Si tout n’est pas renversant, la constance est de mise, et on ne sera même pas déconcertés de les voir s’aventurer sur les terres de Clinic pour la seconde partie de Sinner In The Sea, parce que la mélodie est toujours là. Le corollaire immédiat, c’est qu’il faut plusieurs écoutes pour complétement cerner cet album, pour le savourer.

Et puis le concert met aussi en évidence le talent d’interprète de Joey Burns (voix magnétique) et des musiciens qui arrivent à nous faire penser qu’ils sont contents d’être là, ce qui contribue toujours à faire passer un bon moment.

Si le choix s’offre à vous, je ne pourrais trop vous conseiller de prendre cet album avec son complément Spirito ; concert enregistré avec un orchestre, qui prouve que non seulement Calexico est un grand groupe de concert, mais que leurs morceaux ne perdent pas leur force en revêtant des atours plus amples. Calexico est de retour, a su faire évoluer son style, et reste captivant.

http://www.casadecalexico.com

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Calexico - Algiers 24 septembre 2012 13:51, par Sto

    Ce disque m’a redonné goût à Calexico que j’avais un peu laissé de côté depuis Feast of Wire. J’ai retrouvé mon amour pour ce groupe qui sait tout de même pondre de sacré titres, notamment le si subtil Wanishing Mind.

    repondre message

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)