Accueil > Critiques > 2012

Lauren Mann and The Fairly Odd Folk - Over Land and Sea

vendredi 5 octobre 2012, par marc


« De l’indie pop folk canadien avec une jolie voix féminine. A découvrir. ». Quand un site de… heu… suggestions musicales met une appréciation comme celle-ci, je m’empresse souvent de découvrir. Le passé m’a poussé à faire confiance et Lauren Mann a confirmé cette fidélité à un de mes coins à champignons.

L’année passée a vu une vague importante de chanteuses prometteuses, d’Hannah Peel à Deb Oh en passant par Lia Ices ou Little Scream. En attendant les seconds albums de tout ce joli petit monde, peu de nouvelles têtes sont venues grossir les rangs de ces artistes de talents qu’on a bien appréciées. Lauren Mann pourrait se placer dans leur sillage, étant entendu qu’on parle plus d’un concept d’artistes féminines à forte personnalité que d’un style bien défini. On retrouve donc une écriture inspirée, une jolie voix et des arrangements plus ambitieux qu’un couple guitare-voix ou piano-voix (dont certaines se contentent avec bonheur).

Si pour vous, le niveau de violence acceptable, c’est Cocoon (l’intro de Weight Of The World), First aid Kit (How It Goes) ou Marie Modiano, voici une nouvelle copine. Mais Lauren Mann a plus de souffle, et si la perte d’attention guette parfois (Of Life And Death, Love, I Lost). tant l’agréable peut confiner à l’anodin, cet album peut servir à autre chose que remplir un silence angoissant. Une oreille attentive permet de distinguer bien plus de subtilité.

Et puis cet Over Land and Sea possède ce qui manque parfois aux albums, à savoir un vrai morceau catchy. Vous risquez de garder le sifflement d’I Lost Myself longtemps en tête. C’est sans doute une des réussites du genre cette année, et dans un monde un peu normal, devrait lui ouvrir bien des portes. Les morceaux accrocheurs à ce point ne sont finalement pas légion. C’est lui qui donne la première impulsion pour réécouter l’album. Et puis celui-ci passe tout seul, à chaque fois. On a beau déblatérer plus facilement sur des albums ardus, ce sont ceux-ci qui passent le plus souvent dans nos oreilles.

Un album frais et franc donc, qui n’a pas peur d’afficher sa douceur. Comme on ne l’a pas vu venir, on se sent poussés à faire passer le mot, à signaler ce qui risque de passer inaperçu. On parie que I Lost Myself sera sur bien des lèvres. C’est tout le mal qu’on souhaite à Lauren.

http://www.myspace.com/laurenmannmusic
http://www.laurenmannmusic.bigcartel.com/

Trois morceaux (dont I Lost Myself) sont disponibles en téléchargement gratuit ici

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Islands – What Occurs

    Kate Nash, Menomena, The Decemberists et maintenant Islands avant bientôt Bright Eyes, il faut se pincer pour ne pas se sentir quinze and en arrière. Mais bon, comme ce sont de bons souvenirs et que tout le monde est dans une forme créative manifeste, on ne va pas bouder son plaisir.
    Dans le cas du groupe Canadien, ce n’est pas exactement un retour vu qu’ils sont dans une période plutôt (...)

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)