Accueil > Critiques > 2012

Dominique A - Vers Les Lueurs EP

mercredi 24 octobre 2012, par marc

Supplément


Autant le dire tout de suite, cet article est surtout un prétexte. Tout d’abord de rappeler à quel point Vers Les Lueurs est un album marquant, parce que cet EP constitue l’ajout fait à la ressortie.

Ensuite, deux des titres présents ici étaient inédits mais commençaient les concerts. C’est en effet Andromeda Lodge qui était l’introduction instrumentale à la seconde partie de la première tournée de l’année (vous suivez toujours ?), quand l’album récent était joué dans son intégralité avec une section à vent.

Lors du concert de Liège (dont quelques images ont été montrées), c’est Plaine Des Sables qui nous a accueillis. Profitons donc de l’occasion pour reparler de ce fantastique concert. Parce que cette tournée est assez différente de la première. Les titres de Vers Les Lueurs ne constituent plus la majorité, mais sont intégrés à la setlist. Laquelle est tout simplement renversante. Contre Un Arbre, Close Ouest, Parfois J’entends Des Cris ou Rendez-Nous la Lumière ne détonnent en effet pas par rapport aux plus anciens morceaux.

Comme Dominique A n’a pas eu de tubes radiophoniques incontournables (Le Courage Des oiseaux ?), la sélection peut se faire plus librement, ce qui nous vaut de réentendre des extraits de tout ce qu’on a aimé, de Nos Pères à Les Hommes Entre Eux, du Bowling au Métier de Faussaire, d’Hôtel Congress à L’Horizon, servi dans une version somptueuse au final d’une densité folle. Ils ne sont que quatre sur scène, mais on voit qu’ils ont beaucoup tourné, ils sont vraiment très à leur affaire.

Mais revenons à cet EP. On y entend, outre les deux morceaux mentionnés, une reprise d’Yves Simon, un Mainstream disponible sur Facebook et un très bon Où Est L’Enfant. Parce qu’on le sait depuis L’Instable planqué sur les Fitzcarraldo Sessions, les perles sont parfois à trouver dans les chemins de traverse. De plus, ces morceaux plus électriques n’ont pas la ’couleur’ de l’album, ce qui explique sans doute qu’ils n’y figurent pas. Mais Où Est l’Enfant et Plaine Des Sables ont la qualité des bonnes productions du sieur Ané. Si vous n’avez pas l’album Vers Les Lueurs, profitez donc de cette version augmentée.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • Sylvain Fesson - Origami

    La recherche de l’inouï est un des nombreux carburants de cet étrange hobby de critique musicale. Cette épithète n’est d’ailleurs pas à prendre dans l’acception de sensationnel mais de jamais entendu. Ou du moins pas comme ça. Et c’est précisément ce qu’offre cet album de Sylvain Fesson. Et c’est pourquoi on fait une exception nécessaire à l’habitude de ne critiquer que l’actualité. Parce qu’il serait (...)

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)