Accueil > Musique > 2012 > Stars - The North

Stars - The North

lundi 29 octobre 2012, par Marc

Doudone


Stars fait partie de ces groupes dont on ne porte aucun album aux nues, mais à qui on accorde une sympathie naturelle avec beaucoup de facilité. A chaque fois, on sait qu’on va y trouver ce qu’on est venus y chercher. D’ailleurs, je vais les voir sans me poser de questions le 16 décembre prochain.

Comme une veste d’hiver qu’on ressort aux premières gelées et dont on aura besoin, la musique de Stars nous enveloppe et nous rassure. Ce n’est sans doute pas dans cet anorak qu’on sera le plus joli, mais on s’en fiche. Parce que la particularité de la formation canadienne, c’est peut-être ce mélange de son épais, cotonneux, et de mélodies toutes douces, ce qui relève Hold On When You Get Love and Let Go When You Give It avec ses guitares à la New Order.

On retrouve toujours ces histoires d’amour qui finissent mal, ces phrases qu’on assène comme des mantras (It has to go right this time) et l’accord des voix d’Amy Millan et Torquil Campbell. Malgré un son imposant, ce sont de petites douceurs qu’ils nous livrent, sous la forme d’une pop synthétique. Un de leurs EP s’appelait Sad Robots et on remarque avec le recul que la formule a beaucoup de pertinence pour eux. S’ils ont parfois pu mieux personne cerner une certaine forme de détresse humaine (le formidable Personal), ils ont pour particularité de gonfler le son de balades qui n’en demandaient pas tant.

C’est ainsi qu’ils tentent de pousser un Do You qui ne s’y prête peut-être pas nécessairement. Pourtant, la tendance lourde de cet album, encore plus de légèreté (notable sur la plage titulaire), tirant même sur l’anodin par moments (Lights Changing Colour). J’aime pourtant qu’ils se laissent aller dans l’ouate de Through The Mines qui commence pourtant sur un ton diaphane

Essayez de faire la critique d’une couette, comme ça pour voir. Critiquer Stars, c’est pourtant ça, donner un avis sur un objet musical qui n’appelle que peu de commentaires, parce que les choses confortables n’ont pas besoin d’être justifiées.

http://youarestars.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)