Accueil > Critiques > 2012

Dan Deacon - America

samedi 10 novembre 2012, par marc

Album bipolaire


‘Lounge’, ‘austère’ et ‘sombre’ n’ont jamais été des qualificatifs qu’on a souvent employés pour le turbulent artiste de Baltimore. Son truc, ce serait plutôt une electro-pop hystérique, l’IDM sous ecsta, la lap-pop en furie. Mais comme cette débauche d’adrénaline s’accompagne d’une bonne humeur communicative, il eut vite fait de nous entrainer dans sa folle danse. Ces artistes à fort potentiel créatif ne sont jamais meilleurs que quand ils arrivent à canaliser leur énergie sans perdre leur spontanéité et c’est ce qu’on avait ressenti sur Bromst.

Une fois cet album sorti, il a voulu se frotter à une musique plus organique, et a donc utilisé plus d’instruments live, ce qui est une grande nouveauté pour lui et devrait lui permettre d’explorer de nouvelles routes. Ces deux tendances qui émergent dès le premier morceau, quand l’introduction épaisse s’interrompt pour un déluge de clavier un peu hystérique. Les interruptions font pleinement partie de son style, on y était donc préparés.

Prettyboy est assez élégant dans son genre avec des violons presque grandiloquents, sa mélodie un peu lascive. Mais rassurez-vous, l’attaque surgit dès Crash Jam. Le morceau final se compose de plusieurs parties, comme à la grande époque du prog. On connaissait déjà depuis le très bon Wham City (sur Spiderman Of The Rings) sa propension à se lancer dans de longs développements mais ici l’optique est différente vu qu’il ne profite pas pour prendre son temps à instiller de l’intensité, mais joue plus sur la rupture et la complémentarité.

USA I (Is a Monster) commence aussi par des violons avant que ne se déchaine le même pattern que d’habitude. A croire qu’il a tout préprogrammé, et ne peut pas (encore ?) s’en passer. La suite se trainera bien un peu (USA III), se fera lancinant avec des chœurs sur un fond un peu speedé (USA IV). On ne se refait pas.

J’avoue ne pas m’être complétement laissé séduire par ce Dan Deacon, qui semble mener un combat intérieur entre une tentation mélodique et des restes de nervosité survoltée. Album ambivalent donc, mais qui risque par sa versatilité de ne pas faciliter une écoute complète.Un album peut très bien être intéressant sans être enthousiasmant. Celui-ci ne m’aura pas fait rêver, mais le mélange qu’il propose lance de nouvelles pistes pour Dan Deacon. On le sent prêt à évoluer, mais pas encore à complétement abandonner une façon de faire qui le caractérise depuis le début, ce qui rend cet album hybride un peu déroutant et pas toujours cohérent. Mais le nerveux de Baltimore a sans doute une idée derrière la tête. Seul l’avenir nous dira s’il osera lui donner une forme définitive.

http://www.dandeacon.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)