Accueil > Musique > 2012 > Dan Deacon - America

Dan Deacon - America

samedi 10 novembre 2012, par Marc

Album bipolaire


‘Lounge’, ‘austère’ et ‘sombre’ n’ont jamais été des qualificatifs qu’on a souvent employés pour le turbulent artiste de Baltimore. Son truc, ce serait plutôt une electro-pop hystérique, l’IDM sous ecsta, la lap-pop en furie. Mais comme cette débauche d’adrénaline s’accompagne d’une bonne humeur communicative, il eut vite fait de nous entrainer dans sa folle danse. Ces artistes à fort potentiel créatif ne sont jamais meilleurs que quand ils arrivent à canaliser leur énergie sans perdre leur spontanéité et c’est ce qu’on avait ressenti sur Bromst.

Une fois cet album sorti, il a voulu se frotter à une musique plus organique, et a donc utilisé plus d’instruments live, ce qui est une grande nouveauté pour lui et devrait lui permettre d’explorer de nouvelles routes. Ces deux tendances qui émergent dès le premier morceau, quand l’introduction épaisse s’interrompt pour un déluge de clavier un peu hystérique. Les interruptions font pleinement partie de son style, on y était donc préparés.

Prettyboy est assez élégant dans son genre avec des violons presque grandiloquents, sa mélodie un peu lascive. Mais rassurez-vous, l’attaque surgit dès Crash Jam. Le morceau final se compose de plusieurs parties, comme à la grande époque du prog. On connaissait déjà depuis le très bon Wham City (sur Spiderman Of The Rings) sa propension à se lancer dans de longs développements mais ici l’optique est différente vu qu’il ne profite pas pour prendre son temps à instiller de l’intensité, mais joue plus sur la rupture et la complémentarité.

USA I (Is a Monster) commence aussi par des violons avant que ne se déchaine le même pattern que d’habitude. A croire qu’il a tout préprogrammé, et ne peut pas (encore ?) s’en passer. La suite se trainera bien un peu (USA III), se fera lancinant avec des chœurs sur un fond un peu speedé (USA IV). On ne se refait pas.

J’avoue ne pas m’être complétement laissé séduire par ce Dan Deacon, qui semble mener un combat intérieur entre une tentation mélodique et des restes de nervosité survoltée. Album ambivalent donc, mais qui risque par sa versatilité de ne pas faciliter une écoute complète.Un album peut très bien être intéressant sans être enthousiasmant. Celui-ci ne m’aura pas fait rêver, mais le mélange qu’il propose lance de nouvelles pistes pour Dan Deacon. On le sent prêt à évoluer, mais pas encore à complétement abandonner une façon de faire qui le caractérise depuis le début, ce qui rend cet album hybride un peu déroutant et pas toujours cohérent. Mais le nerveux de Baltimore a sans doute une idée derrière la tête. Seul l’avenir nous dira s’il osera lui donner une forme définitive.

http://www.dandeacon.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)